La Faculté d'éducation fait des vagues!

Publié le vendredi 5 décembre 2014

Par Brandon Gillet

À la piscine de l’Université résonnait la trame sonore d’un film d’aventure au départ de la course de bateaux en carton. L’excitation était à son comble le 10 décembre dernier, et l’odeur de chlore emplissait les poumons : les étudiants ont tout fait pour traverser la piscine dans leurs embarcations cartonnées.

La professeure Paula Walker de la Faculté d’éducation, dans le cadre du programme Compétences Canada, a demandé à ses étudiants (ou futurs enseignants) de créer des bateaux en carton pour participer à une course.

« Nous avions trois heures pour concevoir et construire une embarcation à l’aide d’une feuille de carton ondulé de 4 pi sur 8 pi et de deux rouleaux de ruban à conduits », raconte Francis Laurin, étudiant au baccalauréat en éducation.

L’étudiant, à l’allure du capitaine Teach avec sa (fausse) longue barbe noire et son bandana, faisait partie de l’équipe Pirates.

Valerie Lefebvre et ses coéquipiers de l’Équipe B avaient choisi de revêtir pour la course un sarrau blanc. Selon elle, la partie la plus difficile de l’épreuve était la conception du bateau.

« Nous avions tous beaucoup de bonnes idées, explique-t-elle, mais nous avons eu du mal à tout mettre ensemble. »

La leçon était axée sur la physique selon la professeure Walker, qui donne le cours PED3131 en enseignement des sciences. Ce type d’activité de recherche scientifique et de résolution de problèmes techniques permet aux étudiants de s’exprimer dans le cadre du programme de sciences, technologies, génie et mathématiques conçu par Compétences Canada. Le projet permet aux futurs enseignants et enseignantes de mettre en pratique ce que leurs propres élèves feront dans leurs cours de sciences.

La course de bateaux en carton de Compétences Canada découle de la volonté de l’organisme de se rapprocher des jeunes de l’Ontario. Elle fait la promotion des métiers spécialisés et des technologies, et permet aux étudiants de polir leurs compétences dans toutes sortes de domaines connexes.

« C’est une excellente expérience d’apprentissage puisque les élèves de 8e année réalisent ce projet tous les ans », précise Francis Laurin.

Pour Kim Holbein, de l’équipe S.S Titanic, c’est une super expérience parce qu’elle « met l’enseignant à la place des élèves ».

« Paula est une professeure exceptionnelle, dit-elle. Son enseignement est très axé sur l’expérience. »

La professeure Walker précise que c’est la Faculté d’éducation qui fournit le financement pour la tenue de cette activité.

« Je suis reconnaissante de l’aide et de l’encouragement que je reçois quand je veux réaliser des projets d’apprentissage instructifs avec mes étudiants, explique-t-elle. La Faculté regorge de professeurs qui proposent des projets extraordinaires à leurs étudiants; je suis celle parmi le lot qui a choisi de faire construire des bateaux en carton à ses étudiants pendant leur dernier cours de trois heures. Les sciences, c’est comme les mathématiques, sauf qu’elles font plus de bruit! »

Haut de page