Transformation 2030 : Entretien avec Jacques Frémont

Publié le lundi 9 décembre 2019

logo de Transformation 2030

Le lundi 2 décembre, l’Université d’Ottawa a publié son plan stratégique pour les 10 prochaines années, Transformation 2030. Dans l’entretien qui suit, le recteur et vice-chancelier Jacques Frémont explique comment cette nouvelle vision rendra l’Université plus agile, plus interconnectée, plus influente et plus durable.

Pourquoi parler de 2030? Ce n’est pas un peu loin?

L’ancien plan stratégique, lancé en 2015, s’appelait Destination 2020. Comme l’année 2020 commence dans quelques semaines, c’est évident qu’il nous faut un nouveau plan pour l’avenir.

Beaucoup de gens pensent que, comme la société change très vite, on ne peut pas prévoir plus que quelques années à l’avance. Mais selon nous, c’est trop limitatif, ça manque d’ambition. Au contraire, on a décidé d’élargir notre vision pour couvrir toute la prochaine décennie. Évidemment, c’est impossible de planifier aujourd’hui chaque petite chose à faire dans les 10 années à venir. Par contre, avec notre communauté, on a créé une feuille de route indispensable qui définit des priorités stratégiques claires et solides. On est sûrs que ça va nous aider à réaliser notre potentiel et à maximiser notre importance pour la société.

Le plan s’appelle Transformation 2030. Une transformation en quoi, exactement?

Il y a plusieurs réponses. La première est simplement qu’on va grandir. L’Université d’Ottawa a connu une croissance extraordinaire dans la dernière décennie, mais ses visées n’étaient pas toujours claires, et ça ne s’est pas fait sans douleur. Ce plan mise sur nos nouvelles forces tout en ciblant directement nos faiblesses, pour qu’on puisse évoluer de manière délibérée et avec intelligence et intégrité. De ce point de vue, on va devenir plus nous.

President Jacques Frémont

le recteur et vice-chancelier Jacques Frémont

Une autre bonne réponse, c’est qu’on va continuer d’aller vers l’excellence – dans l’enseignement, la recherche, l’innovation et les partenariats, dans notre impact, notre engagement communautaire, et ainsi de suite. À l’heure actuelle, l’Université d’Ottawa fait partie des 150 meilleures universités au monde, et elle monte continuellement dans le classement. Notre but est de devenir d’ici 10 ans une université internationale vraiment réputée et influente dont l’effet positif se fait sentir partout dans le monde. Encore là, on va devenir plus nous.

Ça semble ambitieux et prometteur! Mais comment réaliser cette transformation?

La clé, c’est les quatre piliers stratégiques du nouveau plan. Il faut savoir que chaque pilier comprend des objectifs, qui eux comprennent plusieurs mesures précises. Partout sur le campus, des gens sont chargés d’appliquer ces mesures, d’en faire le suivi et d’y donner suite pour assurer le succès de l’initiative. Les progrès vont être présentés périodiquement dans la section « Mises à jour » du site Web de Transformation 2030.

Tout le monde – les doyens et doyennes, le personnel, la population étudiante, les membres du corps enseignant à temps plein et à temps partiel, bref, vraiment tout le monde – doit s’aligner sur les quatre piliers stratégiques et soutenir les mesures qui vont servir nos ambitions. Sous tous ses angles, l’Université va devoir être plus agile, plus interconnectée, plus influente et plus durable. Je sais qu’il y aura une période d’apprentissage, le temps de trouver des façons plus créatives et efficaces de collaborer. Mais après tout, on est une université. Si on n’est pas prêts à apprendre, eh bien, on se trouve sûrement au mauvais endroit.

Au bout du compte, la réponse la plus juste et aussi la plus inspirante, c’est qu’on va y arriver ensemble.

Haut de page