En 2010, l’Université d’Ottawa fut le premier campus en Ontario à bannir la vente de bouteilles d’eau sur ses lieux. Le fruit d'un partenariat entre la Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa et les Services alimentaires, cette décision fut également facile à prendre lorsque les avantages et les inconvénients ont été soupesés.
Pictogramme d’une tirelire en forme de cochonnet

Accès à l'eau

L’élimination des bouteilles d’eau et l'augmentation des fontaines représentent des économies importantes pour les étudiants. En effet, l'eau embouteillée coûte cher, alors que les fontaines sont gratuites.
Pictogramme de la Terre

Empreinte écologique

Le nombre de bouteilles de plastique diminuerait, même si modestement. On peut toujours apporter sa propre bouteille d’eau sur le campus, mais en encourageant la communauté universitaire à se désaltérer aux fontaines, le nombre de bouteilles jetables diminue dans sa totalité.
Pictogramme d’un robinet et d’un verre

L'eau propre

Favoriser la consommation d’eau embouteillée équivaut d’une certaine manière à amoindrir la commodité des services publics. La Ville d’Ottawa fournit l’une des eaux les plus propres du monde. Vendre sur le campus un produit qui est déjà fourni gratuitement par la municipalité semble donc contre-productif.

Impacts environnementaux

Outre la consommation de plastique en soi, il existe de nombreuses répercussions environnementales liées à l’utilisation des bouteilles jetables, y compris :

  • les émissions de CO2 qu’entraîne le carburant nécessaire au transport des bouteilles jusqu’au campus;
  • l’électricité nécessaire à la réfrigération des machines distributrices de bouteilles d’eau;
  • l’énergie nécessaire au recyclage des bouteilles jetables.

Facteurs influençant l’accessibilité physique des fontaines

Afin de concrétiser cette initiative, il s’avère crucial de remettre à neuf les fontaines du campus. L’équipe des Immeubles et du développement durable, en tant que responsable de l’infrastructure de la distribution d’eau à l’Université, a entrepris d’examiner chaque année toutes les fontaines sur le campus, de réparer celles qui sont en mauvais état et d’en installer de nouvelles là où c’est nécessaire. Il est primordial, pour changer les habitudes, d’améliorer l’accessibilité physique et financière à l’eau. Actuellement, la communauté universitaire dispose de 210 fontaines.

Pictogramme d’une personne à fauteuil roulant avec des indications pour l’accès à une fontaine (espace pour les jambes, col de cygne, poignée accessible et hauteur)
Pictogramme d’une fontaine à col de cygne

Col de cygne

Fontaine munie d’un bec permettant le remplissage de bouteilles réutilisables.
Pictogramme d’une bouche avec la langue tirée

Goût

Analyse du goût de l’eau de la fontaine et classification selon l’échelle : excellente, moyenne ou mauvaise.
Pictogramme d’un fauteuil roulant

Accessibilité

La fontaine et le col de cygne, le cas échéant, satisfont aux exigences de l'Ontario relatives à l'aménagement sans obstacle.
96%

des fontaines sur le campus sont munies d’un col de cygne, une hausse de 1 % par rapport à l’année dernière.

92%

des fontaines sur le campus ont une eau au goût « excellent » une baisse de 1 % par rapport à l'année dernière.

93%

des fontaines sur le campus ont été jugées accessibles, une hausse de 3 % par rapport à l’année dernière.

Pictogramme d’un manomètre

Pression

Évaluation de la pression d’eau de la fontaine et classification selon l’échelle suivante : forte, moyenne ou basse.
Pictogramme d’un thermomètre

Température

Analyse de la température de l’eau de la fontaine et classification selon l’échelle suivante : froide, moyenne ou tiède.
Pictogramme d’un pain de savon

Propreté

Contrôle de la propreté des fontaines, à savoir le niveau de propreté et libres de tout débris, selon l’échelle suivante : propre, moyenne, à améliorer.
88%

des fontaines sur le campus ont une pression d’eau « forte » ou « moyenne », une hausse de 2 % par rapport à l’année dernière.

79%

des fontaines sur le campus distribuent de l’eau « froide », une baisse de 4 % par rapport à l’année dernière.

81%

des fontaines sur le campus sont considérées comme étant propres, une baisse de 3 % par rapport à l’année dernière.

Méthodologie

L’examen de cette année a été mené par un employé formé. Toutes les fontaines intérieures et extérieures de l’Université d’Ottawa ont été examinées, sauf celles qui se situaient dans des zones d’accès restreint ou de construction; elles portent la marque « inconnu ». Les fontaines étaient évaluées selon les critères suivants : goût, accessibilité, col de cygne, propreté, température et pression. Les données recueillies ont été analysées et comparées à celles des années précédentes.

Le nombre total de fontaines sur le campus a augmenté de 46 % depuis le début de la transition de l’Université vers un campus sans eau embouteillée.

Il y a quelques nouvelles stations de remplissage de bouteilles d’eau sur le campus qui indiquent le nombre de bouteilles de plastique jetables évitées par le remplissage. Nous inclurons ce nombre dans le rapport à partir de l’an prochain pour évaluer la popularité de ces fontaines.

Bouteille d’eau réutilisable

Plans d'avenir

L’Université d’Ottawa continuera à améliorer son réseau de fontaines et à chercher de nouveaux endroits sur le campus où en installer de nouvelles. Grâce à de nouveaux programmes, comme le projet H2Ottawa, elle donne la priorité à la programmation sociale et à la sensibilisation. Au cours de l’année qui vient, elle se concentrera sur la
sensibilisation des planificateurs d’événements au sujet de son statut de campus sans eau embouteillée.