Agression sexuelle récente

À la suite d’une agression à caractère sexuel récente, les conséquences peuvent être uniques et influencées par divers facteurs : âge, personnalité, forme d’agression, lien avec l’agresseur, traumatismes antérieurs, degré de violence, réaction de l’entourage et autres facteurs de stress. Les différentes étapes des réactions et des conséquences à court terme présentées dans cette section sont un ensemble de toutes les possibilités que vous pouvez ou pourriez vivre dans une telle situation. Elles ne se présentent pas nécessairement dans cet ordre et de cette façon chez chaque personne, mais ce genre de réaction est tout à fait normal.

1. État de choc : premiers jours après l’agression

Vous pouvez sentir que votre vie a été complètement bouleversée et ressentir des émotions très intenses qui peuvent s’étendre d’une tristesse extrême à l’euphorie.

Exemples de réactions et sentiments 
  • Colère et agressivité envers l’entourage pour des choses banales;
  • Dépression;
  • Désorganisation et anxiété;
  • Diminution du seuil de tolérance lors de situations perçues comme étant une menace à la sécurité et à l’intégrité physique (contact physique, proximité);
  • Honte et humiliation;
  • Impression d’être incompris et seul ou incomprise et seule avec le problème;
  • Peurs intenses;
  • Sautes d’humeur fréquentes;
  • Sentiment de culpabilité;
  • Sentiments liés à la perte de l’intégrité (vide intérieur, désespoir, dégoût pour son propre corps, perte d’une certaine pureté);
  • Tristesse.
Exemples de symptômes physiques
  • Perte d’appétit, douleurs à l’estomac, nausées;
  • Sensations de douleurs généralisées ou particulières;
  • Troubles du sommeil et cauchemars.

Cette phase est très intense et vous pouvez y réagir de plusieurs manières : vos comportements et vos pensées peuvent être inhabituels; vous tentez de repousser en vain les pensées envahissantes et omniprésentes de l’agression; vous revoyez sans cesse l’événement en vous questionnant; vous ne vous reconnaissez plus; vous perdez le contact avec la réalité; vous désirez vous isoler ou vous cacher; vous pouvez être très calme et dissimuler vos émotions; vous cherchez à éviter les foules ou vice-versa; vous désirez reprendre rapidement vos activités; etc.

2. Réajustement : semaines après l’agression

Vous désirez oublier l’agression, revenir à la normale et vous concentrer sur des aspects de votre vie qui ont été négligés.

Exemples de réactions et sentiments 
  • Cauchemars ou rêves violents;
  • Peurs ou phobies (rester à l’intérieur, foules, solitude, individus ressemblants à l’agresseur, odeurs, objets, sons, textures et lieux rappelant l’agression, relations sexuelles);
  • Regain d’énergie;
  • Soulagement d’être moins perturbée par l’agression.

Cette phase se poursuit pendant quelques semaines pour vous permettre d’émerger de l’état de choc et de réorganiser votre vie quotidienne. Pendant cette période, il peut être difficile de revenir à votre niveau de fonctionnement habituel. Vous pouvez ou pourriez : parler moins de l’agression et de vos sentiments; nier que l’agression vous préoccupe encore; sursauter quand quelqu’un entre dans la pièce où vous vous trouvez ou si l’on vous touche soudainement; déménager ou changer d’emploi ou de numéro de téléphone; vous consacrer pleinement à vos activités habituelles; etc.

3. Intégration : mois après l’agression

Pendant cette période d’introspection, vous effectuerez progressivement un retour à la normale.

Exemples de réactions et sentiments 
  • Besoin d’être seul ou seule et de réfléchir;
  • Besoin de repenser à l’agression afin d’éclaircir certaines questions ou émotions troublantes;
  • Besoin de vous sentir libre à nouveau;
  • Colère envers ceux qui ont fait preuve d’incompréhension, d’indifférence ou d’injustice à votre égard (ou projection de votre colère sur vos proches);
  • Découragement (si les cauchemars, les peurs ou l’incapacité à avoir des relations sexuelles persistent);
  • Frustration, colère et culpabilité en pensant à l’agression;
  • Sentiment d’être loin des autres.

Cette phase peut se poursuivre pendant quelques mois lors desquels certains des progrès accomplis peuvent sembler incertains. Vous pouvez ou pourriez : retrouver votre calme; tenter de vous réconcilier avec les pensées et les émotions liées à l’agression; avoir résolu rationnellement certains aspects de l’agression; vouloir parler à quelqu’un qui pourrait vous aider à faire la lumière sur certains points; remettre en question certaines décisions prises au moment de la recherche de sécurité comme déménager; etc.

Outils et ressources

Veuillez noter que le présent site Web est rédigé au féminin, mais n’exclut aucunement toute personne victime de violence sexuelle.

Haut de page