Impacts de la violence sexuelle

Toute forme de violence sexuelle constitue une expérience traumatisante et laisse des séquelles durables chez ses survivants et survivantes. Certaines personnes tenteront de surmonter leur traumatisme en consommant des substances alors que d’autres le minimiseront et feront de leur mieux pour l’oublier. Chaque personne réagit différemment. Les conséquences sont néanmoins multiples et peuvent se manifester à différents moments au cours de leur vie. En voici quelques exemples :

Conséquences physiques

Conséquences physiques

  • Blessures corporelles;
  • Épuisement général ou fatigue;
  • Grossesse non désirée;
  • Maladies transmises sexuellement;
  • Migraines;
  • Perte d’appétit, anorexie ou boulimie;
  • Problèmes d’estomac;
  • Problèmes de peau ou de cheveux;
  • Problèmes gynécologiques;
  • Problèmes liés au stress;
  • Sommeil irrégulier ou insomnie.
Conséquences psychologiques

Conséquences psychologiques

  • Absence ou perte d’identité;
  • Automutilation;
  • Cauchemars;
  • Changements d’humeur;
  • Confusion ou perte de mémoire;
  • Dépression;
  • Difficulté à se concentrer ou perte de motivation;
  • Difficulté d’éprouver du plaisir lors de relations sexuelles;
  • Faible estime de soi;
  • Idées suicidaires;
  • Perte d’intérêt;
  • Retours en arrière;
  • Sentiment d’inconfort ou perte de contrôle de son corps ou de sa vie;
  • Sentiment de culpabilité, de honte, de dégoût ou de mépris;
  • Sentiment de désespoir, de perte ou de deuil;
  • Sentiment de peur, de colère, d’agressivité ou de rage;
  • Sentiment de tristesse ou de vide intérieur;
  • Stress chronique, anxiété.
Conséquences sociales

Conséquences sociales

  • Dépendance aux autres pour du soutien;
  • Difficulté à interagir avec les autres ou problème d’intimité;
  • Difficulté à prendre soin de soi dans les relations interpersonnelles;
  • Évitement total des relations sexuelles ou promiscuité;
  • Incapacité d’être touché ou touchée;
  • Isolement ou solitude;
  • Rejet (distanciation des autres à son égard);
  • Sensibilité envers les préjugés;
  • Sentiment de méfiance;
  • Victimisation (difficulté à faire confiance aux autres, refus d’intimité, difficulté à s’affirmer).

Il peut être difficile pour les survivants et survivantes de revenir à l’Université après une agression et d’éviter l’agresseur sur le campus. Plusieurs conséquences peuvent également affecter le rendement scolaire des étudiants et étudiantes (baisse des notes, échec, absentéisme, mise en probation, etc.), voire leur parcours académique (suspension ou abandon des études). Ceux-ci et celles-ci peuvent toutefois obtenir de l’aide et du soutien comme, par exemple, auprès du Service d’accès de l’Université.

Outils et ressources

Veuillez noter que le présent site Web est rédigé au féminin, mais n’exclut aucunement toute personne victime de violence sexuelle.

Haut de page