Les laboratoires et les groupes de recherche ont pour mandat de permettre le développement d'un domaine émergeant et d'en assurer le rayonnement par le biais d'un projet de communication fondé sur une équipe qui comprend des chercheurs et des étudiants. Une telle approche permet donc d'arrimer l'expertise des chercheurs, l'enseignement et la formation de la relève.

Les laboratoires et les groupes de recherche attirent en effet les étudiants qui sont déjà intéressés à ces domaines ou susceptibles de s'y intéresser du fait de participer aux échanges et aux activités qui s'y déroulent. Leur mandat est de rayonner aussi à l'échelle de la Faculté et même au-delà par le biais de séminaires, de chercheurs invités et d'interactions collégiales. Enfin, le travail en équipe qui s'y déroule se veut prometteurs de futures demandes de subventions auprès des organismes de financement.

Collectif de recherche sur les études carcérales

Direction : Justin Piché, Criminologie
Juillet 2017 à août 2020

Le Collectif de recherche sur les études carcérales (CRÉC) est une équipe interdisciplinaire de chercheurs qui se propose de documenter les changements et les continuités dans le pouvoir et la violence carcérale; contribuer au développement d’outils analytiques et stratégiques pour aider à démanteler les structures d’exclusion; créer des solutions de rechange qui contribuent au travail des initiatives de politique publique existantes et des mouvements sociaux qui favorisent une résolution intégrale des conflits et la justice sociale dans les communautés, tant au niveau local qu’au-delà.

Collectif de recherche sur les migrations et le racisme (COMIR)

Direction : Stéphanie Garneau, Service social
Juillet 2018 à juin 2021

Le Collectif de recherche sur les migrations et le racisme est un groupe pluridisciplinaire et bilingue de chercheurs qui souhaitent mettre en dialogue deux champs de recherche, les migrations et le racisme, ainsi que les traditions anglophones et francophones qui leur président.

FemAnVie

Direction : Simon Lapierre, Service social
Juillet 2016 à juin 2019

Le Collectif de recherche féministe anti-violence (FemAnVi) se veut un espace stimulant visant à développer et à soutenir les recherches, les interventions sociales et les actions militantes s’inscrivant dans luttes féministes contre les violences faites aux femmes.

HumAnimaLab (HAL)

Direction : David Jaclin, Sociologie et anthropologie
Juillet 2016 à juin 2019

L’objectif du laboratoire est de cartographier les rapports humains/animaux contemporains et d’enquêter sur la criminalité verte et le trafic international d'espèces menacées.

Laboratoire de microéconomie appliquée d'Ottawa

Co-directions : Abel Brodeur et Jason Garred, Science économique
Juillet 2019 à juin 2022

Le laboratoire réunit des membres du corps professoral et des étudiants de troisième cycle qui font de la recherche en microéconomie appliquée à Ottawa, au Canada. Nous sommes basés à l'Ottawa-Carleton Graduate School of Economics, un partenariat entre les deux grandes universités d'Ottawa : l'Université Carleton et l'Université d'Ottawa.

Laboratoire d’études et de recherche en oncologie psychosociale

Direction : Sophie Lebel, Psychologie
Juillet 2015 à juin 2018

Les objectifs de notre laboratoire sont (1) de créer de nouvelles synergies entre les chercheurs en oncologie psychosociale à l’Université d’Ottawa, et (2) promouvoir l’excellence en recherche interdisciplinaire en oncologie psychosociale en favorisant la formation et la pratique.

Laboratoire d’études et de recherches sur la politique canadienne (LERPC)

Direction : Luc Turgeon, Études politiques
Juillet 2015 à juin 2018

Le LERPC est un lieu permettant aux collègues de présenter leurs travaux et d’échanger, dans un contexte interdisciplinaire, sur des enjeux d’importance liés à la politique canadienne.

Laboratoire d'études interdisciplinaires sur l'alimentation (LEILA)

Direction : Marie-Josée Massicotte, Études féministes et du genre & Études politiques
Juillet 2013 à juin 2018

Le LEILA est un espace interdisciplinaire de recherche, d'échanges et de dialogues entre étudiants, professeurs et partenaires du milieu communautaire qui s'intéressent à l'alimentation sous ces multiples dimensions.

Laboratoire INSPIRE

Gestionnaire : Simon Beaudry

Le Laboratoire INSPIRE est un centre de recherche multidisciplinaire partagé qui a été conçu de façon à donner aux chercheurs les ressources pour explorer les questions de divers domaines liés au comportement humain.

Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les villes et les processus urbains contemporains

Direction : Vincent Mirza, Sociologie et anthropologie
Juillet 2018 à juin 2021

L’objectif principal du laboratoire est de favoriser la recherche, les échanges d’idées et de connaissances sur la ville et les processus urbains.

Anciens laboratoires

  • QUIBB: Quantitative Investigation of Brain and Behavior (2013-2016), Denis Cousineau, Directeur
  • Laboratoire d'études et de recherches sur l'Afrique (LERA) (2007-2012), Abdoulaye Gueye, Directeur
  • Laboratoire d'études et de recherches sur le fédéralisme et les institutions (LERFI) (2007-2012), Patrick Fafard, Directeur
  • Laboratoire d’études et de recherches en Migrations, mobilités et changement social (2010-2013), Hélène Pellerin, Directrice
  • Observatoire des nouvelles pratiques symboliques (Onoups) (2009-2013), Dalie Giroux, Directrice
  • Laboratoire d’études et de recherches en économie du développement (RECODE-LAB) (2014-2015), Louis Hotte, Directeur

Groupe de recherche interdisciplinaire sur les territoires de l'extractivisme (GRITE)

Direction : Karine Vanthuyne, Sociologie et anthropologie
Juillet 2017 à juin 2020

L’objectif du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les territoires de l’extractivisme (GRITE) est de développer une programmation de recherche commune et socialement pertinente sur ces questions. Il est composé d’une équipe interdisciplinaire de professeur-e-s et d’étudiant-e-s de la Faculté des sciences sociales (anthropologie, études de développement et mondialisation, sciences politiques et sociologie) et de la Faculté de droit dont les champs d’intérêt respectifs touchent transversalement le domaine des enjeux socio-environnementaux de l’industrie extractive.

Le Dialogue d'Ottawa : des racines canadiennes, une portée mondiale.

Ottawa Dialogue mène des discussions soutenues et facilite la diplomatie de voie 1.5 et deux dans les régions en conflit du monde entier. Notre programme de recherche se concentre sur l'analyse des conflits, les interventions basées sur le dialogue avec des tiers et les meilleures pratiques relatives à la « diplomatie officieuse ». Nous sommes une source majeure de recherche et de publications sur le domaine. L'interaction entre nos recherches et les connaissances du terrain nous aide à affiner notre approche de la facilitation et du dialogue et à générer des idées innovantes. Notre travail a été reconnu par des journaux tels que The Economist et nous sommes membres du Mediation Support Network, un regroupement des principales ONG mondiales actives dans la médiation. Nous fournissons des services de consultation aux gouvernements et organismes intéressés par la médiation et la gestion et résolution des conflits. Notre personnel publie régulièrement dans les meilleures revues et d’autres sites réputés. 

Pour plus d'informations, visitez notre site web : ottawadialogue.ca

Groupe de recherche sur la sexualité et l’anxiété (GR-SAX)

Direction : Andrea Ashbaugh, Psychologie
Juillet 2018 à juin 2021

Le but du groupe de recherche sur la sexualité et l’anxiété (GR-SAX) est de mieux comprendre les raisons pour lesquelles l’anxiété augmente, diminue ou n’influence pas diverses conséquences sexuelles afin d'améliorer la santé et le bien-être sexuel.

Groupe de recherche sur l’exploitation des ressources naturelles en Asie (GRERNA)

Direction : Jean-François Rousseau, Développement international et mondialisation
Juillet 2018 à juin 2021

Le groupe de recherche s’intéresse aux conséquences sociales et environnementales de l’exploitation de ressources aquatiques, forestières, halieutiques, minières et foncières en Asie. Nos travaux se concentrent en Chine et en Asie du Sud-Est continentale, et les membres portent une attention particulière à l’exploitation du sable, de même qu’aux chaînes de valeurs auxquelles elle donne lieu.

    Planthropolab

    Direction : Julie Laplante, Sociologie et anthropologie

    Le Planthropolab (PAL ou PALab) est d’abord et avant tout une instance de rencontre à l’instar du végétal, une sorte d’arbre à palabres qui réunit autour de son ombrage une scène anthropologique performative, artistique et narrative. Il constitue un biôme, un espace de vivants où humains et plantes s’entrelacent pour la création d’un corps de travail théorique, pratique et spéculatif. Prenant son enracinement au sein des études graduées en anthropologie de l’École d’études sociologiques et anthropologiques (ÉÉSA) de l’Université d’Ottawa, le lab est une sorte de mycelium collaboratif où les idées et la recherche foisonnent et peuvent prendre de l’expansion vers une symbiose, un maillage, de végétalités et de vitalités

    Réseau de recherche sur les États fragiles (RRÉF)

    Direction : Stephen Baranyi, Développement international et mondialisation

    Le Réseau de recherche sur les États fragiles (RRÉF) est un réseau du Centre d’études sur les politiques internationales (CÉPI) de l’Université d’Ottawa. Au cours des 13 dernières années, ils ont organisé de nombreux événements publics sur les états and société fragiles et affectés par des conflits (ÉSFAC) tels que l’Afghanistan, la Colombie et le Soudan du Sud, ainsi que sur l’engagement international (souvent contesté) dans de tels contextes. Ils ont publié de nombreux blogs ainsi que des livres savants, des articles et des chapitres liés à ces événements. En réunissant des collègues de plusieurs unités de la FSS et à l'aide de fonds de démarrage de la Faculté et du CÉPI, le RRÉF a lancé en juin 2022 son premier projet de recherche collective intitulé « Relire l’État et la légitimité dans les sociétés fragiles et conflictuelles: vers une analyse d’en bas ». Sur cette base, ils ont également commencé à collaborer avec des chercheurs au Burkina Faso, en Haïti, au Liban et au Mali.