Cercle de consultation de la Faculté d'éducation

Pavillon Lamoureux
  • Contribuer à une francophonie ontarienne riche et dynamique

  • Participer à l'actualisation des droits autochtones

  • Innover en éducation pour un monde en changement

  • Promouvoir l'équité et la justice sociale

  • Travailler à la fine pointe de la technologie éducative

Membres

Rangée du haut  : Édifice LMX, Amine H. Aïdouni, Abdi Bileh Dirir, Julie Cafley, Eugénie Congi, Tom D’Amico, Peter Hominuk. Rangée du bas : Carl E. James, Huguette Labelle, Roger Paul, Norman Southward, Anita Tenasco et Camille Williams-Taylor . (Ne figure pas sur la photo : June Girvan)

Cercle de consultation, personnes souriantes
Cercle de consultation de la Faculté d'éducation

Amine H. Aïdouni occupe le poste de surintendant de l’éducation au Conseil des écoles publiques de l’est de l’Ontario (CEPEO). Il est détenteur de deux baccalauréats, respectivement en sciences et en éducation, d’une maîtrise en leadership éducationnel ainsi que d’un brevet d’agent de supervision. Ses vingt-cinq années d’expérience dans le domaine de l’éducation, dont les cinq dernières à titre de surintendant de l’éducation, contribuent à sa compréhension intime de la raison d’être de tout conseil scolaire, à savoir l’épanouissement et la réussite de chaque élève. M. Aïdouni a vécu dans de nombreux pays au cours de sa vie et a ainsi pu développer sa compréhension et son appréciation de la richesse qu’offre la diversité sous toutes ses formes. À titre de porteur du dossier de la diversité et de l’inclusion au CEPEO, M. Aïdouni comprend le rôle incontournable que l’école doit jouer dans la construction du vivre-ensemble bienveillant et inclusif. Ainsi, il investit toute sa passion pour l’éducation au service d’une vision pluraliste de la société canadienne. M. Aïdouni est connu pour sa créativité, son authenticité et son sens de l’humour.

 

Abdi Bileh Dirir est un historien, chercheur et promoteur de la culture et l’histoire africaines. Très actif dans la communauté, il est directeur adjoint d’école, fondateur de l’Association canadienne pour la promotion des héritages africains (ACPHA) et ancien président du groupe d’experts contre le racisme en éducation de la CCUNESCO (2020-2021). Monsieur Bileh est lauréat du prestigieux Prix d'Excellence en enseignement de la capitale en 2014 et d’un Prix provincial décerné par le Ministère des Affaires civiques, de l’Immigration et du Commerce international de l’Ontario pour son travail de la promotion de l’inclusion et de la diversité. Enfin, il était candidat du Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence en 2016. Membre actif dans la communauté, il organise des événements d’envergure à caractère national et international pour promouvoir la culture et l’histoire des personnes d’ascendance africaines. En février 2017, il s’est associé à l'UNESCO pour regrouper des artistes canadiens de différents horizons et origines pour rejoindre la Coalition internationale des artistes pour l’Histoire générale de l’Afrique de l’UNESCO, une première au Canada.

 

Julie Cafley est une dirigeante créative et stratégique et une universitaire accomplie, spécialisée dans les politiques publiques, la gouvernance et le leadership dans l'enseignement supérieur. Elle est vice-présidente des communications et des relations extérieures de l'Alliance de recherche numérique du Canada. Elle participe à la mise en œuvre d'une vision novatrice visant à bâtir l'organisation à partir de la base et à développer sa marque en tant que start-up de classe mondiale finançant la technologie de demain. Auparavant, elle a travaillé comme vice-présidente exécutive au Forum des politiques publiques (FPP). Elle a construit des ponts et a amélioré le profil et la visibilité du PPF tout en dirigeant ses communications, ses partenariats externes, ses membres et ses équipes d'apprentissage. Dans son rôle précédent de chef de cabinet de deux présidents de l'Université d'Ottawa, elle a travaillé en étroite collaboration avec l'équipe de direction pour élaborer et faire progresser des initiatives stratégiques. Elle est titulaire d'un doctorat en leadership en éducation de l'Université d'Ottawa et possède une expertise recherchée en matière de mandats présidentiels universitaires. Sa thèse portait sur le leadership et la gouvernance dans l'enseignement supérieur à travers le prisme des mandats inachevés des présidents d'universités canadiennes. Madame Cafley est une bâtisseuse de communauté active, une défenseuse engagée des femmes et du leadership, et une championne infatigable des initiatives de diversité. Elle est un artisan du changement et un connecteur inclusif.

 

Eugénie Congi est directrice de l’éducation du Conseil scolaire catholique Providence. Son parcours professionnel compte plus de 11 ans dans un poste de cadre supérieur et près de 28 années dans le secteur de l’éducation. Elle possède une gamme très diversifiée d’expériences en éducation et a géré des dossiers pédagogiques et d’affaires. En plus d’être convoitée en tant qu’aviseure aux niveaux pancanadien et international, Madame Congi est titulaire d’une maîtrise en éducation et de trois baccalauréats.  On lui reconnaît son sens de l’innovation, son authenticité, son sens politique aiguisé et ses qualités de visionnaire et de leader pédagogique.  Son cheminement professionnel est parsemé d’accomplissements qui mettent l’engagement, le bien-être et la réussite de l’élève au cœur de ses priorités.

 

Tom D'Amico est le directeur de l'éducation du Ottawa Catholic School Board. Diplômé de la Faculté d'éducation de l'Université d'Ottawa, il a plus de 30 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation et a assumé de nombreux rôles, notamment en tant qu'enseignant, administrateur d'école, surintendant des ressources humaines, surintendant des technologies d'apprentissage et directeur adjoint de l'éducation. Énseignant primé, il a reçu le prix du Premier ministre pour l'excellence de son enseignement et le prix du directeur d'école le plus remarquable du Canada. En tant que surintendant, il a reçu le prix EXL qui reconnaît l'excellence des membres de la surintendance. Il a fait des présentations dans tout le Canada sur les thèmes de la technologie éducative et du leadership au 21e siècle. Monsieur D'Amico est le co-responsable canadien de New Pedagogies for Deep Learning (NPDL), un partenariat mondial regroupant plus de 1500 écoles dans 14 pays et axé sur les pratiques visant à développer l'apprentissage en profondeur et le développement de compétences mondiales. En plus de ses diplômes, il est titulaire d'un certificat Osgoode en droit de l'éducation, d'un certificat de leadership en santé mentale au travail, d'un certificat en gestion de la diversité et de l'inclusion, d'un certificat exécutif en gestion des conflits axé sur le règlement extrajudiciaire des différends et d'une certification en sécurité dans les écoles. Il est un officiel hors glace de la LNH et, avant sa carrière en éducation, il a été directeur général de l'équipe de soccer professionnelle d'Ottawa, l'Ottawa Intrepid, et a également été directeur général de Malkam Cross-Cultural Training, un fournisseur de formation en communication interculturelle, en diversité et en équité en matière d'emploi. « Je crois en l'autonomisation des jeunes et en leur capacité à rendre notre monde meilleur, notamment par l'utilisation de l'apprentissage social et de la technologie dans une société mondiale connectée ».

 

June Girvan a dévoué sa vie à éduquer, à protéger, à affirmer et à donner la parole aux enfants et aux jeunes. Depuis son arrivée au Canada de la Jamaïque dans les années 1950, madame Girvan a investi ses talents et ressources afin d'améliorer les vies de canadiens et canadiennes nouvellement arrivés, d'enfants vulnérables auprès du système scolaire et de jeunes à risque. Sa carrière a comporté des postes d'enseignement et d'élaboration de programmes d'études. Elle a aussi été agente de l'éducation au ministère de l'Éducation de l'Ontario. Après avoir pris sa retraite, madame Girvan a fondé le Centre d'éducation J'Nikira Dinqinesh (JDEC) à Ottawa où elle est bénévole en chef. Le travail communautaire du JDEC est basé sur le respect et la célébration de la boussole morale des Canadiens, tant dans l'histoire que dans les temps modernes, pour leurs efforts dans la lutte contre l'esclavage et la défense des droits de la personne ainsi que la justice sociale au Canada. Les principales initiatives du JDEC, tenues annuellement à Ottawa, incluent : Every Child is Sacred et Every Child is Sacred Day, le déjeuner pour les jeunes Canadiens de l'organisme Era 21 Networking, History-in-the-Street et la Journée de la réconciliation. Madame Girvan a aussi démarré un programme à l'Université Carleton afin d'élargir l'expérience de la population étudiante et leur compréhension d'une citoyenneté inclusive dans les sociétés multiculturelles. La bourse June Girvan est accordée chaque année à un membre de la communauté étudiante de cycles supérieurs de l'Université Carleton effectuant des recherches sur un sujet en lien avec la réconciliation.

 

Directeur général de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario depuis janvier 2012, Peter Hominuk possède de nombreuses années d’expérience dans le développement communautaire. Au fil des ans, Peter a fait la preuve de ses compétences dans le domaine de la revendication des droits des francophones en situation minoritaire, la gestion de projets, la gestion du personnel et des bénévoles, la planification stratégique, l’organisation et la promotion d’activités ainsi que le développement économique de sa communauté en général. Il a d'ailleurs été l'un des architectes du mouvement La Résistance, qui avait vu le jour à la suite des coupures aux francophones du célèbre Jeudi noir, le jeudi 15 novembre 2018.
 
 
Carl E. James est titulaire de la Chaire Jean Augustine en éducation, communauté et diaspora à la Faculté d'éducation ; il est également conseiller principal en matière d'équité et de représentation au bureau du vice-recteur de l'équité, des personnes et de la culture de l'Université York. Ses recherches portent notamment sur l'examen des possibilités accessibles et équitables en matière d'éducation et d'emploi pour les Canadiens marginalisés et racialisés, en soulignant les façons dont les cultures sociétales et institutionnelles façonnent leurs expériences vécues, leurs trajectoires éducatives et leurs résultats sociaux. Il est le lauréat du prix Killam 2022 (sciences sociales) et ses publications les plus récentes comprennent "Colour Matters: Essays on the Experiences, Education and Pursuits of Black Youth (2021). 
 

Pendant dix neuf ans, Huguette Labelle a travaillé à titre de Sous ministre au sein de différents ministères et organismes publics de l’administration canadienne tels que le Secrétariat d’Etat, Transport Canada, la Commission de la Fonction publique et l’Agence Canadienne de Développement International. Elle a été Chancelier de l’Universite d’Ottawa, présidente du Conseil d'administration de Transparency International membre du conseil d'administration du Pacte Global de l'ONU et membre de plusieurs autres conseils d’administration. Aujourd’hui, elle préside le comité consultatif indépendent sur les nominations au Sénat et préside le Conseil international de la conférence anti-corruption. Elle est vice présidente du conseil de la Fondation Rideau Hall. Elle est membre du conseil d'administration du centre sur le Pluralisme global, du Musé Aga Khan, de Global Financial Integrity, du comité aviseur de Resolve. Elle préside le Panel pour sélection des boursiers à la maitrise du développement énergétique durable.

 

Roger Paul a œuvré pendant toute sa carrière pour la protection et le développement de la francophonie ontarienne et canadienne. Il a été enseignant au secondaire à Timmins, puis directeur d’école pendant plusieurs années au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est à Ottawa. Il accepta un prêt de service en tant qu’agent d’éducation au bureau régional du Ministère de l’Éducation à Ottawa. Par la suite, il a occupé les fonctions de surintendant et directeur général et secrétaire de l’Éducation au Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien. Après une première retraite, il assume la direction générale de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) et du Regroupement national des directions générales en éducation (RNDGÉ), poste qu’il a occupé pendant près d’une décennie. L’université d’Ottawa lui a décerné en 2019 un doctorat honorifique. Depuis, il a accepté d’œuvrer à l’université d’Ottawa à titre de professeur invité et en tant qu’éducateur en résidence à la Faculté d'éducation.

 

Norman Southward est devenu le dixième chef d'établissement d'Ashbury au début du mois de janvier 2014. Il a apporté avec lui 20 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation, dont sept en tant que directeur du Neuchâtel Junior College en Suisse et 11 au Stanstead College au Québec, où il a occupé pendant cinq ans le poste de directeur adjoint. John's-Kilmarnock School, une école du monde de l'IB de 400 élèves (de la maternelle à la 12e année) desservant les régions de Waterloo et de Guelph en Ontario. La carrière de Norman dans le domaine des études sociales, des langues secondes et de l'éducation internationale comprend l'obtention du CAIS Diploma in Independent School Leadership et sa participation aux comités de visite de la New England Association of Schools and Colleges (NEASC) et des Canadian Accredited Independent Schools (CAIS). Il a été vice-président du Swiss Group of International Schools (SGIS) pendant cinq ans et a notamment organisé la conférence annuelle des formateurs et formatrices du SGIS pour plus de 40 écoles internationales. Il siège actuellement au conseil d'administration de la Conference of Independent Schools (CIS) en Ontario, et préside le comité de gouvernance de la CIS. Il a fait des présentations lors des conférences annuelles du Baccalauréat international et dans des écoles internationales en Chine. Il est enthousiaste à l'idée de développer une gamme d'expériences et de possibilités d'apprentissage pour la communauté étudiante. Norman est titulaire d'un BA en histoire et en français de l'Université de Western Ontario, d'un B.Ed de Mount Allison et d'un M.Ed (Curriculum and Instruction) de l'Université McGill. 

Anita Tenasco est Anishinabe Algonquin et est née et a grandi dans la communauté Anishinabeg de Kitigan Zibi (une communauté algonquine située à deux heures au nord d'Ottawa, en Ontario). Elle est une djo djo (mère), une kokomis (grand-mère) et est l'enfant d'un survivant des pensionnats et d'un survivant des externats indiens. Elle a consacré sa carrière à l'éducation des Premières Nations et a servi la communauté de Kitigan Zibi au cours des 26 dernières années dans diverses fonctions. Elle est actuellement directrice de l'éducation de Kitigan Zibi et croit fermement au contrôle de l'éducation des Premières Nations par les Premières Nations. Anita Tenasco est fière d'être diplômée de l'école secondaire de Kitigan Zibi, du Collège Heritage et de l'Université d'Ottawa.

Au cours de ses 30années de carrière, Camille Williams-Taylor a travaillé dans différents milieux de l’éducation entre Winnipeg et Montréal, mais c’est surtout au sein des écoles et des systèmes éducatifs en Ontario qu’elle a passé la plus grande partie de sa carrière. Diplômée de l’Université du Manitoba et de l’Université McGill, madame Williams-Taylor occupe actuellement le poste de directrice de l'éducation pour le Conseil scolaire du district d’Ottawa-Carleton qui regroupe 147écoles et plus de 75000élèves. Elle a auparavant assumé plusieurs fonctions dans le domaine de l'éducation, notamment au ministère de l’Éducation, à la faculté d'éducation de l'Université York et auprès de plusieurs conseils scolaires, dont ceux de Durham, de Toronto et de Peel. Malgré son parcours parsemé d’expériences variées, madame Williams-Taylor a toujours eu à cœur de favoriser la réussite des élèves par le biais de la promotion de l’excellence en matière d’enseignement et de possibilités égales pour tous. Elle estime que le corps enseignant doit faire en sorte que chaque élève ait en main les outils lui permettant de déployer son plein potentiel et de forger son propre avenir. Madame Williams-Taylor est mariée et mère de trois filles.