9 installations artistiques à découvrir sur le campus

Publié le mercredi 26 septembre 2018

Les œuvres d’art de l'Université, nouvelles venues et vieilles connaissances, révèlent leurs secrets. Lesquelles vous inspirent le plus?

Par Laura Darche

Projet STIAM

Les deux œuvres interactives suivantes ont été créées et installées par des étudiants en arts visuels et en génie au cours de l’été 2018. Ce projet interdisciplinaire s’inscrit dans le mandat du complexe STEM, qui rassemble les disciplines des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques sous un même toit, en y intégrant ici les arts.

Tension superficielle

//www.youtube.com/embed/jKra9mfadIQ?wmode=transparent&jqoemcache=8eBa0https://www.youtube.com/watch?v=jKra9mfadIQ&feature=youtu.benonefalsenoresize16:9undefinedundefinednone

Cette installation recrée une vague qui ondule au passage des gens. Les illustrations sur les triangles composant ce mur qui a l'air de respirer proviennent de photographies au microscope de microorganismes prélevés dans la rivière des Outaouais. Les panneaux acryliques surélevés servent à simuler la lumière jouant sur la surface de l’eau. L’œuvre s’inspire du phénomène de tension superficielle – la force d’attraction entre les molécules d’eau qui parvient à créer une surface résistant aux pressions externes. Cette impressionnante démonstration de force, de coopération et d’unité a visuellement et métaphoriquement inspiré l’équipe.

Équilibre

//www.youtube.com/embed/0_XPeRfZi-Q?wmode=transparent&jqoemcache=mB2eghttps://www.youtube.com/watch?v=0_XPeRfZi-Q&feature=youtu.benonefalsenoresize16:9undefinedundefinednone

Les ampoules DEL intégrées à cette structure suspendue s’allument et changent de couleur lorsqu’on utilise l’escalier adjacent. Le rapport harmonieux entre des forces concurrentes, décrit par le terme « équilibre », fait écho à celui auquel on aspire dans plusieurs aspects de la vie. Cette œuvre résulte des forces créatives de deux champs d’expertise différents – le génie et les arts visuels – qui ont interagi entre elles jusqu’à ce qu’elles se stabilisent en une structure amalgamant de manière satisfaisante les deux disciplines. Les formes triangulaires de la structure gravitent autour d’une tige tubulaire et suggèrent la composition moléculaire d’un organisme vivant.

Article connexe : Des œuvres étudiantes interactives animent le STEM

Les Yeux

Paire d'yeux illustrés sur la façade d'un immeuble de verre.

En longeant le campus le long du canal en direction du Parlement à pied, à vélo, en bateau ou en patins à glace, il est impossible de manquer Les Yeux du complexe STEM. À l’origine peinte directement sur le mur du défunt pavillon MacDonald par James Boyd, professeur d’arts visuels et célèbre graveur canadien, cette œuvre datant de 1973 a servi de concept pour le design extérieur du nouveau complexe STEM.

Artiste de son temps, Boyd travaillait avec le demi-ton, une technique d’impression créant un effet de gradation de tons par la variation de la taille et l’espacement de points. Cette technique a donné une qualité particulière à l’œuvre, à la fois abstraite et figurative, selon l’angle ou la distance d’où on la regarde. Le pavillon MacDonald devant être démoli pour laisser place au complexe STEM, l’œuvre a été documentée par photogrammétrie puis reproduite, au même endroit que l’œuvre originale, sur le nouvel édifice.

« J’ai confiance que l’artiste serait fier de voir son œuvre transmigrée dans un monde numérique. Elle est maintenant deux fois plus grande que l’originale et on peut la voir de plusieurs endroits dans la ville. Ça lui donne un impact plus important sur l’environnement urbain » - Claudio Brun Del Re, architecte en chef, développement du campus

Pour intégrer Les Yeux au design du bâtiment, on a repris la technique du demi-ton pour créer, sur toutes les façades, des ouvertures dans les fenêtres avec des degrés d’opacité variable. Ces ouvertures soulignent le fait que tout ce que nous observons doit passer à travers un filtre tel que nos yeux, nos cerveaux et nos appareils.

Article connexe : Coup de jeune pour une paire d’yeux

Connectivi-T

Structure de métal tubulaire fixée au sol et au plafond de l'édifice par un atrium traversant tous les étages.

Mise en place à l’été 2018, Connectivi-T est la première œuvre du campus provenant d’un concours d’art public. L’espace en hauteur du Carrefour des apprentissages (CRX) est maximisé avec cette structure de 25 mètres, fixée au plancher et au plafond. Le CRX est dédié aux rencontres, aux échanges et à la découverte, qui sont à la base de la connaissance universitaire. L’artiste Hélène Rochette a donc imaginé ce « trait d’union énergique » pour donner forme aux notions de cheminement, de rencontre humaine et d’échange d’idées.

Article connexe : Une structure tout en courbes qui évoque les méandres du savoir

La main est un esprit est un cœur

Immense toile accrochée sur le mur extérieur d'un immeuble représentant des mains, reproduites en superposition.

Surplombant la Place de l’Université, cette murale a été créée par la diplômée Laura Taler autour du thème « Les rouages internes du cerveau d’un étudiant de l’Université d’Ottawa ». Obtenue par collage, la répétition des mains donne à l’image l’apparence d’un cerveau, forme que l’on peut voir en penchant la tête vers la gauche.

« En créant La main est un corps est un cœur, j’ai voulu positionner le corps et toute sa gamme de sensations au cœur de l’acquisition et de la transmission du savoir. » – Laura Taler (M.A.V. 2011)

L’Université a acquis cette œuvre à la suite de l’initiative d’une étudiante qui proposait de donner plus de place à l’art sur le campus. De nombreux étudiants et diplômés se sont ensuite impliqués à toutes les étapes du projet.

Article connexe : Nouvelle murale sur le campus: comment elle est arrivée là et ce qu’elle signifie

Transformation

Statues de bronze représentant abstraitement des chevaux et une personne en armure.

La sculpture Transformation se trouve entre les pavillons Hamelin et Simard, dans la cour de la Faculté des arts. L’œuvre – un bronze créé en 1982-1983 par le sculpteur Bruce Garner – a été prêtée à l’Université par la Commission de la capitale nationale.

Héritage

Représentation abstraite d’une personne.

Tout juste à l’extérieur du pavillon Simard sied l’œuvre Héritage, réalisée en acier soudé par le sculpteur canadien Christopher Marchant et dévoilée en novembre 1967.

Abaat

Statue abstraite de métal peinte en noir.

Cette sculpture en métal a été réalisée en 2001 par l’artiste malgache Jerry Razafindranaivo en hommage aux bénévoles des Jeux de la francophonie 2001 qui se sont déroulés à Ottawa. L’œuvre est située à proximité de la résidence 90U, lieu où ont logé les athlètes lors des Jeux.

Montage didactique pour la construction en acier

Construction abstraite faite de poutres d’acier.

Cette pièce contemporaine en métal et peinte en jaune est une réalisation du Département de génie civil avec la collaboration de l’entreprise Laplante Welding of Cornwall Inc. Créé sous les auspices de l’Institut canadien de la construction en acier, le montage a été dévoilé en 2005 à proximité du complexe STEM et du pavillon Colonel By.

Haut de page