Cinq habitudes à éviter en période d’étude

Publié le mardi 12 décembre 2017

Par M.F. et N.H., deux étudiantes en sciences infirmières préférant garder l’anonymat

En tant que futures professionnelles de la santé, nous avons à cœur de promouvoir de saines habitudes pour favoriser une bonne santé et prévenir les risques de maladies et de blessures. En tant qu’étudiantes en sciences infirmières à l’Université d’Ottawa, nous connaissons toutefois très bien les défis associés à la vie universitaire. Après quatre années bien remplies passées à étudier en fonction d’un horaire très chargé, nous comprenons à quel point il est difficile de trouver un équilibre entre les responsabilités étudiantes et la vie personnelle. Ces expériences nous ont conscientisées aux bonnes et mauvaises habitudes que nombre d’étudiants adoptent pendant leurs études. C’est dans cette optique que nous partageons avec vous cinq habitudes à éviter en période d’examens.

1. Nuits blanches et manque de sommeil

En période d’examens, le manque de temps est un problème assez commun. Pendant le trimestre, les responsabilités, les tâches et les activités sociales prennent souvent le dessus, ce qui nous amène à consacrer plusieurs heures à l’étude tout juste avant un examen. Ces heures condensées mènent parfois à des nuits blanches ou à des problèmes de sommeil. Notre corps a besoin de repos avant un examen, puisque le sommeil nous aide à traiter et à retenir l’information apprise durant la journée. Lorsqu’on dort, le cerveau classe ces renseignements, ce qui fait toute la différence entre notre capacité à nous souvenir de certains détails ou non. Les longues séances d’études ininterrompues ont en réalité un effet contraire à celui recherché, car notre cerveau n’arrive à retenir que certains renseignements de base. Par contre, plusieurs courtes séances d’études permettent de retenir plus de détails sur le sujet étudié.

2. Boissons énergisantes

Les étudiants ont tendance à consommer des boissons énergisantes pour stimuler leur cerveau, augmenter leur niveau d’énergie et améliorer leur concentration. Cependant, la stimulation continuelle du cerveau augmente les risques de dépendance. De plus, les boissons énergisantes contiennent énormément de substances chimiques nocives qui peuvent nuire à la santé et provoquer notamment de l’anxiété, de l’insomnie et des maux de tête, voire un arrêt cardiaque.

3. Malbouffe

Le manque de temps, de motivation ou de connaissances peuvent mener à de mauvaises habitudes alimentaires. Les aliments de restauration rapide contiennent des calories vides, des taux élevés de gras, de sucre et de sel. Le corps a besoin d’une bonne source d’énergie pour favoriser son fonctionnement au quotidien. Lorsque le corps ne reçoit pas de bons nutriments, il se fatigue davantage, ce qui se répercute directement sur la concentration et la capacité à étudier efficacement.

4. Distractions

L’environnement est un facteur sous-estimé par la plupart des étudiants. Les distractions influencent le temps et la qualité des périodes d’études. Il est important d’éliminer les sources de distraction telles que les appareils mobiles, la télévision et les ordinateurs. Recherchez un environnement calme afin de réduire au minimum les facteurs qui pourraient détourner votre attention.

5. Manque d’organisation

L’organisation du temps est une habileté primordiale que doivent acquérir tous les étudiants, d’où l’importance de se créer un horaire hebdomadaire pour équilibrer les périodes d’études, de repos, d’activité physique, ainsi que les activités sociales et familiales. Certains optent pour un tableau ou un agenda pour structurer leurs semaines. Une bonne gestion de temps réduit le stress, ce qui favorise l’apprentissage en période d’étude.

Étudiante penchée sur un cahier.

Cet article a été publié pour la première fois dans le site web du Service de Santé.

Haut de page