L’Université d’Ottawa parmi les universités invitées à conseiller les leaders mondiaux du G7

Publié le mercredi 3 juillet 2019

Une rangée de drapeaux internationaux.

Chaque année, les leaders des 7 plus grands pays industrialisés du monde se réunissent pour discuter d’enjeux mondiaux. La prochaine réunion du G7 aura lieu à Biarritz, en France, et l’Université d’Ottawa aura l’occasion de jouer un rôle unique alors que les Trump, Trudeau et Macron de ce monde se réuniront.

En effet, l’Université d’Ottawa sera parmi les universités fondatrice d’une toute nouvelle alliance fera des recommandations aux leaders du G7. L'alliance « U7 » réunira les présidents et recteurs de 40 des plus importantes universités au monde, à l’occasion d’un sommet consacré aux grands enjeux universitaires. « Il s’agit d’une occasion unique de démontrer que les universités peuvent jouer un rôle prépondérant dans les discussions à haut niveau telles que celles du G7.  Je suis convaincu qu’ensemble, nos universités pourront réaliser des succès réels et contribuer à résoudre plusieurs des grands enjeux mondiaux qui touchent nos sociétés et notre planète », a déclaré le recteur et vice-chancelier Jacques Frémont.

L’Université d’Ottawa sera parmi les universités canadiennes à prendre part au premier sommet de fondation de l’U7 en compagnie de l’Université de Toronto, l’Université de la Colombie-Britannique, l’Université McGill et l’Université de Montréal. Ce sommet qui se tient les 9 et 10 juillet 2019 précèdera la réunion officielle du G7. Elle comptera également des représentants d’universités des États-Unis, de la France, du Royaume-Unis, d’Allemagne, d’Italie et du Japon.

Les instigateurs du projet ont également invité des délégués d’universités d’autres pays à prendre part aux discussions. Par la rencontre inaugurale en France, des représentants universitaires d’Afrique, d’Asie, de l’Inde et de l’Amérique latine seront présents.

Les thèmes abordés seront le rôle des universités dans un environnement globalisé, le climat et la transition énergétique, les inégalités et la polarisation dans la société, les transformations technologiques, ainsi que l’engagement communautaire des établissements d’enseignement supérieur.

Le sommet se conclura par la signature d’une liste d’engagements concrets, issus de discussions préalables en groupes de travail et soumis au débat et au vote lors de séances plénières rassemblant l’ensemble des présidents d’université. Ces engagements présentés le soir même au Président français Emmanuel Macron, dans la perspective de nourrir les discussions du Sommet de Biarritz fin août 2019.

 

Haut de page