ONU-Habitat examinera l’accélération de l’urbanisation en Afrique

Publié le jeudi 15 octobre 2015

Habitations construites près d'une plage d'Agadir, au Maroc

Habitations construites par des compagnies chinoises près d'une plage d'Agadir, au Maroc
Par Huhua Cao

 

L’impact de l’expansion accélérée des villes en Afrique et en Chine est au cœur d’un événement organisé en partenariat avec ONU-Habitat, la division de l’ONU qui s’intéresse aux établissements humains. 

En effet, les 24 et 25 octobre 2015 l’Université d’Ottawa accueillera la Conférence internationale sur l’urbanisation durable en Chine et en Afrique (ICCASU) : Une perspective canadienne et internationale. 

Outre les défis que pose l’urbanisation en Chine et dans divers pays africains, cette conférence examinera les enjeux complexes liés aux investissements chinois dans le développement des villes en Afrique, tout en établissant des comparaisons avec les problèmes urbains vécus au Canada. 

Le Canada s’implique depuis longtemps en Afrique, et la Chine constitue son deuxième partenaire économique. La croissance récente de la présence chinoise en Afrique représente un vrai défi pour le Canada et les autres pays occidentaux, qui doivent trouver le moyen de collaborer entre eux pour aider la population du continent. La conférence sera l’occasion de discuter de l’engagement canadien et chinois dans les États africains et des moyens de renforcer les partenariats. 

Une réunion d’experts

Appartenant à de multiples disciplines, plus de 100 chercheurs, praticiens et décideurs représentant 56 universités et établissements universitaires de 16 pays se réuniront à l’Université d’Ottawa pour mettre en commun leur expérience sur les enjeux de l’urbanisation. 

Notre université a une longue tradition d’échanges universitaires avec l’Afrique. La conférence fournira donc aux participants la possibilité de constater les changements qu’a connus l’approche canadienne en matière de développement et d’urbanisation dans les pays africains. Elle permettra aussi d’examiner en quoi l’implication chinoise en Afrique diffère de celle, en déclin, des pays occidentaux, à laquelle elle vient même en partie se substituer. 

Pour l’Université d’Ottawa, il s’agit d’une merveilleuse occasion d’accueillir une conférence de haut niveau consacrée au développement urbain dans deux des plus importantes régions du monde. L’événement contribuera également à l’établissement de réseaux d’experts de partout sur la planète, en plus de favoriser et de consolider des partenariats entre l’Université et des établissements en Chine et en Afrique. Conséquemment, l’Université peut espérer une collaboration à long terme avec ONU-Habitat. 

L’ICCASU bénéficie de l’appui d’importants établissements universitaires, comme le Centre d’études sur l’urbanisation de l’Université Tsinghua, le Centre d’études africaines de l’Université de Pékin, la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto et l’Institut d’études chinoises de l’Université de l’Alberta. Nous avons également la chance de compter sur le soutien du Cabinet de la vice-rectrice à la recherche, du Bureau de la recherche internationale, de la Faculté des arts ainsi que celui de l’École de développement international et mondialisation et du Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne de la Faculté de droit. 

Nous vous invitons à vous inscrire à cet événement important et à en apprendre davantage sur le sujet
Huhua Cao est coprésident de la conférence ICCASU. Il est professeur au Département de géographie et à l’École de développement international et mondialisation.

 

Haut de page