Sondage sur la violence sexuelle : les universités de la province ont du travail à faire

Publié le jeudi 27 février 2020

Un grand groupe d'étudiants qui traversent l'artère principale du campus

L’Université d’Ottawa accueille environ 42 000 étudiants pour l’année universitaire 2019-2020. Il est important bien sûr que chacun reçoive la meilleure éducation possible, mais il est aussi essentiel que chaque personne qui fréquente l’Université se sente respectée, soutenue et en sécurité.  

Au début 2018, plus de 160 000 étudiants de toute la province ont répondu au sondage Avis des étudiants et des étudiantes sur la violence à caractère sexuel mené par la société CCI Research Inc. au nom du Gouvernement de l’Ontario. Les rapports publiés cette semaine (en anglais seulement) fournissent des informations complémentaires sur la façon dont la violence sexuelle se manifeste sur les campus d’aujourd’hui, et illustrent à quel point elle est répandue.  

« Ces rapports établissent une importante mesure de référence de l’expérience étudiante dans la province et à l’Université d’Ottawa en 2018, explique Noël Badiou, directeur du Bureau des droits de la personne de l’Université d’Ottawa. Ils réaffirment également l’importance de notre travail au niveau de la prévention de la violence sexuelle et la nécessité de poursuivre nos actions et de proposer de nouvelles initiatives pour continuer d’assurer la sécurité de notre population étudiante. »

M. Badiou préside le Comité permanent de prévention de la violence sexuelle, auquel siègent des membres du personnel et du corps professoral, des étudiants et des membres de la communauté. Ce comité veille à ce que l’Université fasse constamment avancer les initiatives de prévention de la violence sexuelle. Une intervenante en prévention de la violence sexuelle embauchée en 2017 aide d’ailleurs le comité à remplir son mandat. Ce poste a été rendu permanent en 2019. 

Les initiatives et programmes développées à l’Université d’Ottawa depuis 2018 sont énumérées dans les rapports annuels de Bureau des droits de la personne. Voici quelques-unes des initiatives mises en œuvre par le comité : 

  • Équipes mobiles de prévention de la violence sexuelle : Des équipes d’étudiants bénévoles font de la prévention de la violence sexuelle à l’Université par la sensibilisation et l’éducation dans le cadre de diverses activités sur les campus.
  • Campagne « Avez-vous demandé? » : Cette campagne incite les étudiants à toujours aborder la question du consentement avant tout rapport sexuel. Des autocollants portant l’inscription « As-tu demandé? Le consentement n’est jamais négociable. » ont été collés sur des sacs de condoms.  
  • Six semaines de prévention de la violence à l’égard des femmes : Une série d’activités et de projets visant à responsabiliser et à sensibiliser la communauté de l’Université d’Ottawa par rapport à la violence sexuelle, au consentement et au concept d’alliés, organisée au début de l’année universitaire. 
  • Soutien à la campagne Moose Hide : En collaboration avec son Centre de ressources autochtones et la campagne Moose Hide, l’Université s’est jointe au mouvement de lutte contre la violence faite aux femmes et aux enfants.
  • Sensibilisation à la violence sexuelle aux matchs Panda : À l’une des plus grandes manifestations sportives de l’année à l’Université, des documents de sensibilisation à la violence sexuelle ont été placés dans les salles de bain du stade. Une équipe mobile de prévention de la violence sexuelle était au match pour offrir de l’information et des ressources. 

Au cours des prochaines semaines, le Comité permanent de prévention de la violence sexuelle examinera les conclusions des rapports publiés par le Gouvernement de l’Ontario afin d’évaluer la façon dont les initiatives et programmes mis en œuvre ont contribué à prévenir la violence sexuelle sur le campus de l’Université d’Ottawa et quelles mesures additionnelles devraient être envisagées pour la suite. 

« Il est troublant de savoir que la violence sexuelle affecte toujours autant de personnes dans nos communautés universitaires et dans la société en général, dit Noël Badiou. Mais j’ai confiance que l’Université fait tout en son pouvoir pour soutenir des efforts de prévention et d’intervention. Je sais que notre travail porte fruits au niveau de la sensibilisation et que notre équipe partage la conviction profonde selon laquelle chaque individu mérite le respect, le soutien et la sécurité dans son milieu d’apprentissage, de travail et de vie. »

Si vous avez vécu de la violence sexuelle, sachez que vous n’êtes pas responsable et que vous n’êtes pas seul ou seule. Si vous avez vécu ou si vous avez été témoin d'une forme d'agression ou de harcèlement sexuel, n’hésitez pas à communiquer avec l’un ou l’autre des services sur le campus, hors campus et en ligne, dont les suivants :

En cas d’urgence
Service de la protection (en tout temps) : 613-562-5411 (sur le campus : poste 5411)
Services d’urgence : 911

Sur le campus
Bureau des droits de la personne
1 Stewart, pièce 121
613-562-5800, poste 5222
respect@uottawa.ca
Du lundi au vendredi de 8 h 45 à 16 h

Service de la protection
141 Louis-Pasteur
Urgence : 613-562-5411
Tél.: 613-562-5499
protection@uottawa.ca

Hors campus 
CALACS francophone d’Ottawa 
613-789-8096

Ottawa Rape Crisis Centre (anglais)
613-562-2334

Corps professoral et personnel
Programme d’aide aux employés et à la famille (PAEF, en tout temps) : 1-844-880-9143

Haut de page