Le CCRMF en mission pour promouvoir des initiatives de recherche francophones

Publié le mercredi 8 décembre 2021

gros plan de Martin Meunier prenant la parole lors d'une conférence

Le mandat de E. Martin Meunier à la direction du Collège des chaires de recherche sur le monde francophone (CCRMF) a été reconduit pour trois ans.

 

Quel est le rôle du CCRMF et de son directeur dans le paysage de la recherche francophone de l’Université d’Ottawa?

Le Collège des chaires de recherche sur le monde francophone a été créé en 2019, à l’initiative du bureau du vice-rectorat à la recherche et à l’innovation, pour renouveler et dynamiser le programme des chaires de recherche sur la francophonie canadienne (CRFC) qui avait été mis en place en 2003. Le Collège des chaires réunit aujourd’hui 10 chaires de recherche, qui travaillent toutes sur des aspects très variés de l’espace francophone, comme la santé, le droit, les transformations culturelles, le patrimoine, l’immigration ou les relations internationales. Le Collège compte également la première chaire Senghor de l’Université d’Ottawa.

Le Collège favorise les initiatives de recherche et de diffusion des connaissances qui portent sur la francophonie. Il permet la mise en œuvre de projets de collaboration avec les chercheuses et chercheurs et les communautés francophones en milieu minoritaire, mais aussi avec des partenaires universitaires nationaux et internationaux, et avec tous les organismes souhaitant coconstruire la francophonie d’aujourd’hui et de demain ainsi que faire vivre et prospérer la science en français.

Le rôle du directeur est de réunir et de convoquer les chercheuses et chercheurs de ce réseau de chaires francophones et d’autres qui travaillent sur la francophonie, ici et ailleurs. Il vise également à faire du Collège des chaires un acteur dynamique au sein de l’Université et, avec tous les titulaires, à contribuer activement à l’excellence de la recherche francophone et à la diffusion de la science en français. La direction du CCRMF s’implique aussi dans plusieurs projets et comités au sein de l’Université; elle défend la nécessité de la recherche en français et promeut son développement partout où cela est possible.

 

Ce fut une année très productive pour le Collège des chaires. Pouvez-vous nous en parler?

Malgré les difficultés liées à la COVID-19, les deux dernières années ont été fructueuses pour le Collège et les titulaires de chaires. Nous avons une équipe de chercheuses et chercheurs brillante et très dynamique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en un an, 22 nouvelles subventions de recherche ont été obtenues, totalisant près de 3 millions de dollars, dont environ 1 million de dollars accordés aux titulaires de chaires à titre de chercheuse ou chercheur principal. En 2020, les titulaires des chaires du Collège ont également dirigé deux ouvrages, et rédigé cinq chapitres de livre, 63 articles scientifiques arbitrés et 16 rapports ou mémoires de recherche. Ils ont en outre présenté leurs travaux lors de 43 conférences, webinaires et autres événements scientifiques. De plus, au cours des derniers mois, le Collège des chaires a organisé 11 tables rondes, réunissant plus de 850 personnes. Ces tables rondes ont été l’occasion d’échanger avec plus de 50 intervenantes et intervenants différents, issus de toute la francophonie universitaire, notamment du Canada, de la France, de la Belgique, du Brésil et de l’Algérie. Tout cela témoigne de la vitalité de la recherche en français et sur la francophonie de l’Université d’Ottawa.

 

Quelles sont les nouvelles ambitions du Collège?

Nous espérons que la prochaine année sera l’occasion de faire de nouvelles rencontres, qui passent par un retour au présentiel, nécessaire pour concrétiser la recherche avec nos partenaires de l’Ontario français, de la francophonie canadienne et de la francophonie internationale. Nous espérons rapidement renouer des liens forts avec les étudiantes et étudiants francophones et avec tous ceux et celles qui souhaitent faire connaître leurs recherches et leurs idées en français. Nous souhaitons également mettre en place davantage d’outils pour diffuser auprès d’un large public les recherches les plus récentes de nos titulaires de chaires. Cela passera par une plus grande présence sur les réseaux sociaux, mais aussi par la réalisation de plusieurs balados.

La pandémie a aussi mis à mal la recherche internationale. Dès que possible, nous souhaitons engager le Collège et tous ses titulaires dans des projets qui concernent la francophonie internationale, en Afrique notamment, et participer à l’internationalisation de l’Université. Le Collège va ainsi accueillir cette année plusieurs chercheuses et chercheurs qui occuperont la Chaire Mobilité francophone. La venue de chercheuses et chercheurs francophones reconnus dans leur domaine est importante pour le rayonnement du Collège. Nous vous tiendrons au courant de leur arrivée, et des activités seront organisées pour diffuser leurs recherches et leur savoir-faire.

Finalement, nous espérons pouvoir poursuivre notre croissance afin de multiplier nos champs de recherche et de favoriser l’inclusion de chercheuses et chercheurs issus de la diversité, notamment en ajoutant de nouvelles chaires de recherche. Déjà, on sait que s’ajoutera, en 2022, une chaire de recherche sur l’éducation et les communautés francophones en Ontario – d’ailleurs, il s’agit d’un poste à pourvoir. Avis aux personnes intéressées!

Pour télécharger le PDF du rapport_annuel_ccrmf_2020-2021.pdf

Haut de page