L’inclusivité au cœur de l’enseignement et de l’apprentissage

Publié le mardi 24 janvier 2023

Etudiants qui parlent et étudient en classe

Des statistiques et de nombreuses études le confirment : la diversité devrait être la norme, et non l’exception. Dans l’enseignement supérieur au Canada, on commence à reconnaître l’importance d’adopter des méthodes d’enseignement et d’apprentissage plus inclusives. Mais qu’entend-on par « inclusion » dans un contexte pédagogique? Et surtout, comment intégrer ce principe dans les cours? 

Novateur, pratique et facile d’accès, le nouveau site Web L’inclusion pédagogique de l’Université d’Ottawa est rapidement devenu la référence en la matière partout au pays. 

Conçu par le Service d’appui à l’enseignement et à l’apprentissage (SAEA), ce site renferme une mine d’informations étayées par la recherche, des conseils et des outils utiles pour intégrer les pratiques inclusives dans l’enseignement. 

L’inclusion au cœur de l’enseignement 

« L’inclusion pédagogique est la pratique qui consiste à accueillir la diversité étudiante et à concevoir des cours de manière à ce qu’ils touchent l’ensemble des étudiantes et étudiants », résume Jean-Pascal Beaudoin, cocréateur du projet et spécialiste du développement pédagogique au SAEA. Les avantages de la pédagogie inclusive sont nombreux; elle abaisse les barrières à l’apprentissage, enrichit la communication en classe et ouvre de nouvelles voies vers l’acquisition de compétences, l’autonomie et la réussite scolaire.  

Le nouveau site Web présente l’inclusion comme un élément central de la pédagogie, et non plus comme un extra. « En gros, la bonne méthode d’enseignement, c’est l’enseignement inclusif, un point c’est tout », résume Maryse Sullivan, cocréatrice du projet et spécialiste du développement pédagogique et de l’apprentissage numérique au SAEA. « Les pratiques exemplaires en pédagogie inclusive sont indissociables des pratiques exemplaires en pédagogie. »  

La communauté d’enseignement trouvera dans le site des pistes d’exploration, des activités d’autoapprentissage et des conseils pratiques. La première section présente les objectifs, les définitions et les avantages de la pédagogie inclusive. La section suivante, Contexte et réflexions, propose aux membres du corps professoral des points de réflexion concrets sur les raisons d’adopter la pédagogie inclusive et les aide à évaluer leur propre application des principes de l’enseignement inclusif. Vient ensuite la section sur les Cadres conceptuels, qui situe l’inclusion sur l’arc de la recherche universitaire en équité, diversité et inclusion (EDI). Enfin, la section la plus consultée, Stratégies et outils, regorge de conseils pratiques, d’outils et de méthodes dans lesquels les membres du corps professoral peuvent puiser pour préparer leurs cours. Comme l’explique Maryse Sullivan, « cette section propose des mesures concrètes et efficaces, dresse la liste des 25 meilleures stratégies et fournit plus de 150 outils d’inclusion pour répondre à tous les besoins. »  

Les stratégies s’intègrent à l’ensemble du processus pédagogique : préparation des cours, enseignement, évaluation, rétroaction et mise à jour.  

Un guide de l’enseignement universitaire inclusif au Canada 

Première ressource à faire le tour complet de l’enseignement inclusif, le site fait figure de modèle dans les milieux universitaires au Canada. En seulement quelques mois, il a été adopté par de grands établissements canadiens : l’Université Laval, l’Université de Calgary, l’Université Western, l’UQAM, l’Université St. Mary’s et l’Institut de technologie du sud de l’Alberta ont cité ou recommandé le site dans leurs ressources en matière d’inclusion. 

« L’inclusion n’est pas une mode éphémère », affirme la cocréatrice du site, en précisant qu’il évoluera au fil des idées et commentaires recueillis à la section prévue à cet effet. 

Les membres du corps professoral sont invités à consulter le site Web et à participer à un webinaire d’introduction à la pédagogie inclusive le 30 janvier (en français) ou le 31 janvier (en anglais). De plus, un atelier collaboratif pratique sur l’intégration de stratégies d’inclusion dans les cours se tiendra en mars. 

Une collaboration de longue date à la recherche de solutions inclusives 

« Le projet a vu le jour en 2013, dans la foulée du programme de formation sur les exigences d’accessibilité des universités en Ontario, puis s’est mué en 2017 en projet sur la diversité et l’apprentissage, qui a produit une série de ressources et d’ateliers, et il a continué d’évoluer, surtout après la pandémie », note Jean-Pascal Beaudoin. Avec Maryse Sullivan, les membres de l’équipe du projet ont puisé dans leur expérience de l’enseignement supérieur, dans la littérature et dans des entretiens avec des spécialistes universitaires pour créer le site, les ressources et les webinaires. Le projet s’est nourri de points de vue très diversifiés au sein de la communauté de l’Université d’Ottawa – des spécialistes, le Bureau des droits de la personne, le Service d’accommodements scolaires, le Centre de ressources autochtones Mashkawazìwogamig, le Comité d’action antiracisme et la population étudiante. 

Jean-Pascal Beaudoin et Maryse Sullivan ont à cœur d’inclure tout le monde dans la discussion.  

Haut de page