Stewart Elgie remporte le prestigieux prix de développement durable Clean50

Publié le jeudi 1 octobre 2015

Stewart Elgie standing outdoors, near a wooded area.

par Melanie Coulson

Stewart Elgie, professeur à la Faculté de droit, Section de common law, et directeur de l’Institut de l’environnement de l’Université d’Ottawa, a récemment été reconnu l’un des chefs de file Clean50 du Canada. Sa recherche porte sur les politiques de durabilité environnementale et économique en s’attardant particulièrement aux approches axées sur le marché.

Il a remporté ce prix dans la catégorie « leadership en éducation et innovation », principalement pour son travail de fondateur et directeur de l’organisme La Prospérité durable (LPD). Cet organisme est un important réseau de recherche et cercle de réflexion canadien sur l’environnement et l’économie. Situé à l’Université d’Ottawa, LPD réunit des universitaires de partout au Canada ainsi que des décideurs et des dirigeants des milieux des affaires et de l’environnement pour constituer une base de connaissances afin de soutenir une économie nationale plus écologique et plus concurrentielle. M. Elgie est aussi cofondateur de la Commission de l’écofiscalité du Canada

« Je suis honoré de recevoir ce prix, mais ce sont tous les intervenants dans La Prospérité durable qui le méritent vraiment, a déclaré M. Elgie. Je crois que l’un des principaux défis de notre époque est d’écologiser et de renforcer l’économie canadienne. J’espère que ce prix contribuera à sensibiliser au fait que l’écologisation et la croissance peuvent être menées en parallèle. »

M. Elgie a commencé sa carrière comme avocat en droit de l’environnement en Alaska, où il a plaidé dans l’affaire du déversement pétrolier de l’Exxon Valdez. À son retour au Canada en 1990, il a fondé Ecojustice, aujourd’hui l’une des plus importantes organisations de droit de l’environnement sans but non lucratif du Canada. Dans les années 2000, il a été conseiller juridique dans un nombre de causes environnementales qui ont créé un précédent (y compris trois qui ont obtenu gain de cause devant la Cour suprême du Canada) et d’importantes initiatives de réforme du droit (dont la Loi sur les espèces en péril).

Il a mis fin à sa carrière réussie d’avocat pour poursuivre des études doctorales en droit environnemental et économie à l’Université Yale. Avant d’occuper le poste de professeur à l’Université d’Ottawa en 2004, M. Elgie a enseigné à temps partiel au sein de plusieurs universités canadiennes.

Il a été membre ou a présidé de nombreux conseils consultatifs des secteurs de l’environnement et de la durabilité. En 2001, le Barreau du Haut‑Canada lui a décerné une médaille pour ses contributions exceptionnelles au droit durant sa vie active; il est le plus jeune à avoir reçu la plus haute distinction de la profession. 

Le prix Clean50 du Canada (site en anglais) est la plus importante distinction pour le leadership en promotion de la durabilité au Canada. Les lauréats des prix Clean50 sont choisis dans 16 différentes catégories et viennent du secteur privé, du milieu universitaire, des divers ordres de gouvernement ou sont des visionnaires et des défenseurs. Les prix soulignent les réalisations au cours des deux dernières années.

Haut de page