Mehraban, Saeed et Alma, nous nous souviendrons de vous

Publié le mardi 14 janvier 2020

Une jeune femme dépose une gerbe de fleurs sur une table de commémoration

Mehraban Badiei Ardestani, Saeed Kadkhodazadeh Kashani et Alma Oladi avaient tous trois un avenir brillant et prometteur. Leur absence laisse un grand vide dans la communauté universitaire.

La communauté de l’Université d’Ottawa est profondément attristée par le tragique décès de trois de ses membres. Le 8 janvier 2020, Mehraban Badiei Ardestani, Saeed Kadkhodazadeh Kashani et Alma Oladi ont perdu la vie dans l’écrasement du vol PS752. Ils revenaient au Canada après avoir visité leurs familles respectives en Iran à l’occasion des vacances d’hiver, pour continuer les études qu’ils poursuivaient tous les trois à l’Université d’Ottawa.

« Nous avons le cœur brisé. Ils nous manqueront grandement », partage le recteur et vice-chancelier de l’Université d’Ottawa, Jacques Frémont, soulignant le courage de Mehraban, Saeed et Alma et leur engagement à contribuer au savoir pour créer un monde meilleur.

Tous trois avaient en commun un grand cœur, un esprit vif et brillant, de grands rêves, et un avenir qui leur était prometteur. Leur départ subit laisse dans le deuil de nombreux proches, amis, collègues et camarades de classe.

Afin de garder leur mémoire bien vivante et leur rendre hommage, nous souhaitons souligner l’apport de chacun de ces jeunes talents universitaires à la collectivité.

MEHRABAN BADIEI ARDESTANI
Portrait de Mehraban Badiei Ardestani

Originaire d’Iran, Mehraban a terminé ses études secondaires à Toronto avant d’entreprendre, en septembre 2019, un baccalauréat à l’École interdisciplinaire des sciences de la santé.

« Elle venait tout juste de commencer ses études, mais faisait déjà grandement sentir sa présence en tant que jeune femme profondément attentionnée et engagée », témoigne Lucie Thibault, doyenne de la Faculté des sciences de la santé.

Mehraban était une bénévole incroyablement dévouée et très investie auprès de nombreux organismes de la communauté. Elle faisait partie du Club de la Sclérose en Plaques de l’Université d’Ottawa, un club philanthropique ayant comme objectif de promouvoir des politiques qui soutiennent les personnes atteintes de cette maladie, s’était jointe à l’association des étudiantes et étudiants Iraniens et s’impliquait auprès des jeunes du secondaire afin de faciliter leur transition vers l’Université. Elle offrait aussi du temps au sein de l’organisme Parlons sciences.

Ses professeurs la décrivent comme une étudiante brillante, travaillante et attentive, toujours de bonne humeur. Elle aurait certainement mené une carrière significative et joué un rôle important dans le domaine de la santé.

Tous se souviendront de son altruisme et de son sourire amical. En fait, le nom Mehraban en persan signifie « gentille », un prénom qui, selon ses pairs, représentait à merveille sa personnalité. Les personnes qui ont côtoyé Mehraban ont eu la chance de connaître une jeune femme intelligente, positive, généreuse et aimable.

SAEED KADKHODAZADEH KASHANI
Portrait de Saeed Kadkhodazadeh Kashani

Originaire de Téhéran, Saeed a complété une maîtrise au Centre de recherche en chimie et génie chimique de l’Iran en 2015 avant d’emménager à Ottawa en 2017 pour entreprendre son doctorat en chimie au Département de chimie et sciences biomoléculaires de la Faculté des sciences de l’Université d’Ottawa.

Saeed est décrit par ses proches comme un ami exceptionnel et facile d’approche, qui adorait la vie et inspirait le bonheur autour de lui. Il était un étudiant doué, un jeune scientifique qui avait déjà grandement contribué à l’avancement des connaissances en chimie. Il s’intéressait à une fabrication pharmaceutique et chimique plus verte, saine et sécuritaire, une expertise largement respectée, tant dans la communauté scientifique que dans l’industrie. Il avait déjà publié deux articles dans des revues avec comité et était sur le point d’en publier un troisième.

En voie de terminer son doctorat l’année prochaine, il était un jeune chercheur extrêmement travaillant, mais parvenait tout de même à être présent pour son entourage, tant dans ses amitiés que dans ses relations professionnelles.

« Il était un ami dévoué et compréhensif, toujours positif et plein d’entrain. Il aimait parler de ses ambitieux plans d’avenir », se remémore son ami Andisheh (Andi) Zahedi.

Il était tout aussi apprécié de ses collègues du groupe de recherche Newman, « il représentait plus qu’un collègue, pour nous il était comme un frère. Nous avions beaucoup de plaisir avec lui », se souvient Eric Isbrandt, aussi membre du laboratoire, précisant qu’il lui est difficile d’imaginer ce que sera le groupe sans Saeed.

Il a été un mentor exceptionnel pour des centaines d’étudiants, tant au sein du laboratoire que dans ses mandats d’assistant d’enseignement.

Saeed était un jeune homme brillant, sympathique et charmant qui a touché le cœur de nombreuses personnes, bien au-delà du campus.

ALMA OLADI
Portrait d'Alma Oladi

Alma venait de terminer sa première année de doctorat en mathématiques et statistique à la Faculté des sciences et était déjà hautement respectée en tant que jeune scientifique vaillante et intelligente, à l’esprit novateur. Elle s’était inscrite aux études doctorales à l’Université d’Ottawa quelques années après avoir obtenu son diplôme de maîtrise en mathématiques de l’Amirkabir University of Technology (Tehran Polytechic), en Iran, où elle a grandi avec sa famille. Elle y était d’ailleurs retournée durant le congé hivernal pour célébrer son anniversaire auprès de ceux qui lui manquaient énormément. Elle venait d’avoir 27 ans.

Alma avait joint le Laboratoire Sankoff et travaillait au sein du groupe dont l’expertise porte notamment sur l’étude des gènes et génomes selon des approches mathématiques. 

« Elle avait une place spéciale dans nos cœurs, son absence laisse un grand vide, mentionne son amie et partenaire de laboratoire Mona Meghdari, qui partageait un fort lien d’amitié avec Alma. Elle était sincèrement gentille, une perle rare au grand cœur. Alma a toujours été présente et à l’écoute, elle était comme une sœur pour moi. »

Brillante, facile d’approche, généreuse et toujours souriante, ses compétences en pédagogie ont été saluées par les nombreux étudiants qui ont eu la chance d’être inscrits au cours qu’elle enseignait dans le mandat d’assistante d’enseignement qu’elle a exercé l’automne dernier. Elle avait même l’habitude de tenir des heures de bureau supplémentaires, non payées, pour aider ses étudiants.

Alma était une inspiration pour tous. Plusieurs se remémorent son sourire radieux et sa bienveillance.

Les souvenirs de ces trois étudiants resteront gravés dans notre mémoire et dans nos cœurs. Leur décès inattendu représente une grande perte pour la communauté universitaire et scientifique. 

Un fonds de bourse a été créé pour honorer la mémoire de Mehraban, Saeed et Alma. Ainsi, la bourse commémorative en l'honneur des étudiants iraniens sera décernée chaque année à des étudiantes ou étudiants iraniens de l’Université d’Ottawa qui ont besoin d’aide financière

Nous offrons nos plus sincères condoléances aux proches de Mehraban, Saeed et Alma.

Le soutien est important dans des périodes aussi difficiles, n’hésitez pas à communiquer avec l’un ou l’autre des services suivants :

Population étudiante
Allô J’écoute (bilingue, en tout temps) : 1-866-925-5454
Service d’aide en santé mentale et mieux-être

Corps professoral et personnel
Programme d’aide aux employés et à la famille (PAEF, en tout temps) : 1-844-880-9143

En cas d’urgence
Service de la protection (en tout temps) : 613-562-5411 (sur le campus : poste 5411)
Services d’urgence : 911

Haut de page