Nouvelle murale sur le campus: comment elle est arrivée là et ce qu’elle signifie

Publié le mardi 11 septembre 2018

Murale gigantesque représentant des mains reproduites plusieurs fois et superposés.

Par Laura Darche

Une imposante œuvre d’art réalisée par la diplômée Laura Taler, intitulée La main est un esprit est un cœur orne maintenant la Place de l’Université. C’est le résultat d’une initiative à laquelle ont contribué plusieurs étudiants, actuels et passés, en participant aux différentes étapes, de l’idée originale jusqu’à la réalisation en passant par la planification et la proposition de thèmes.

Durant ses études de maîtrise, Anaïs Elboujdaini a remarqué que certains murs du campus étaient de bons candidats pour accueillir des œuvres d’art public. Elle a donc partagé son idée avec l’administration de l’Université et a trouvé un allié en la personne du recteur actuel.

« L’Université doit être un lieu ouvert à l’art, qu’il soit permanent ou éphémère. L’art devrait être partout sur le campus » – Jaques Frémont, recteur de l’Université d’Ottawa.

Les artistes étudiants et diplômés de la communauté universitaire ont donc été invités à proposer des murales, inspirées par le thème Les rouages internes du cerveau d’un étudiant de l’Université d’Ottawa. Un jury étudiant a ensuite choisi l’œuvre de Laura Taler, qui domine aujourd’hui la Place de l’Université.

Deux femmes souriant devant la murale.

L'artiste Laura Taler en compagnie de Kelsey McGruer, étudiante en arts visuels et membre du jury pour le choix de l'œuvre, lors de l'inauguration. Kelsey espère que d'autres occasions de créer des œuvres d'art publiques se présenteront afin d'apporter de la joie dans la vie des gens.

Après Les Yeux, les mains

Alors qu’elle était étudiante à l’Université, Laura Taler passait régulièrement à vélo devant Les Yeux, œuvre de l’artiste James Boyd, qui décorait à l’époque l’ancien pavillon MacDonald et qu’on peut admirer aujourd’hui sur le complexe STEM. Elle y voyait une invitation à s’arrêter pour vraiment voir le monde qui l’entourait. Elle a donc cherché à créer une œuvre qui prendrait part à une conversation avec Les Yeux.

« Par cet ouvrage, je veux rappeler aux passants que l’apprentissage n’est pas qu’une activité intellectuelle : il implique aussi les aspects physiques, sensoriels et émotifs de nous-mêmes. » – Laura Taler (MAV 2011)

Laura a voulu placer le corps et les sens au centre de l’acquisition et la transmission du savoir. Les mains évoquent le toucher, l’ouïe est représentée par la forme d’une oreille, et l’image du cerveau, qu’on peut voir en penchant la tête à gauche, symbolise la pensée. Le tout est tenu ensemble par le cœur, centre de la curiosité passionnée menant au désir d’apprendre.

 

Haut de page