Questions autochtones : nomination de deux expertes

Publié le lundi 18 septembre 2017

Deux femmes souriantes se tiennent côte-à-côte sur le campus de l’Université.

La professeure Brenda Macdougall (à gauche) et Tareyn Johnson. Photo : Bonnie Findley

Deux femmes remarquables ont été choisies pour occuper de nouvelles fonctions importantes à l’Université d’Ottawa. Brenda Macdougall a été nommée déléguée universitaire à la participation autochtone, et Tareyn Johnson devient la nouvelle directrice des affaires autochtones.

Selon David Graham, vice-recteur aux études, ces postes font partie d’une nouvelle structure de gouvernance visant à renforcer l’engagement constructif de l’Université envers les enjeux autochtones et à améliorer la coordination des initiatives autochtones sur le campus.

« L’arrivée de Brenda et Tareyn au sein de notre équipe de direction marque le début d’une nouvelle phase réjouissante de nos démarches pour élargir la place des questions autochtones à l’Université », a déclaré le vice-recteur.


Brenda Macdougall, déléguée universitaire à la participation autochtone

Professeure au Département de géographie, environnement et géomatique de l’Université, Brenda Macdougall est une grande spécialiste de l’histoire des Métis et des Premières Nations. En tant que déléguée universitaire, elle fera profiter la haute direction de l’Université d’un leadership stratégique axé sur les études. Elle travaillera tout particulièrement à la création d’une vision et d’une approche intégrées pour tous les aspects de la participation autochtone, et élaborera de nouveaux plans d’action pour l’Université en collaboration avec la directrice des affaires autochtones.

Titulaire de la Chaire de recherche sur les Métis, la première sur ce sujet en Ontario, la professeure Macdougall a fondé le Laboratoire de recherche sur les familles et les collectivités métisses. Ses recherches visent à comprendre l’histoire des Métis en général, surtout du point de vue de la formation de l’identité et des communautés. D’ascendance métisse, elle est issue des premières familles de commerçants d’amisk waciwaskahikan (Beaver Hills House), de Fort Edmonton et de la paroisse St. Clements (Rivière-Rouge).


Tareyn Johnson, directrice des affaires autochtones

Comme directrice des affaires autochtones, Tareyn Johnson dirigera la création et la mise en œuvre d’initiatives, de programmes et de services pour les étudiants, professeurs et employés autochtones de l’Université d’Ottawa. En plus de participer à l’élaboration du plan stratégique pour les initiatives autochtones à l’Université, elle gérera les ressources humaines et financières associées aux affaires autochtones sur le campus, dont le Centre de ressources autochtones.

Entre autres réalisations, Tareyn Johnson a été coordonnatrice de l’autochtonisation chargée de créer un plan triennal d’autochtonisation qui a contribué à façonner le plan stratégique officiel du Collège Georgian. Ayant travaillé au développement des ressources en langue anishnaabemowin, elle a aussi été chercheuse en généalogie (Chippewas de l’île Georgina) et coordonnatrice par intérim des initiatives autochtones (Université Lakehead). Grâce à son expertise, elle nous aidera à mieux intégrer les perspectives, savoirs, cultures et histoires autochtones aux programmes et à la mission de l’Université d’Ottawa. Elle est membre de la Première Nation des Chippewas de l’île Georgina.

Haut de page