Personne qui tape sur un portatif

La Chaire Shirley E. Greenberg sur les femmes et la profession juridique

La Chaire Greenberg vise à renforcer l’enseignement, la recherche et l’administration à l’Université d’Ottawa en ce qu’ils se rapportent aux perspectives féministes sur le droit. Elle a en outre comme objectif de favoriser l’établissement et le maintien de relations entre les professeures en droit et les femmes dans la profession juridique.

En 2005, Shirley E. Greenberg, avocate à la retraite et ancienne étudiante en droit, promotion 1976, a fait un don exceptionnel afin d’appuyer des activités relatives aux femmes et à la profession juridique, dotant ainsi de façon permanente la Chaire Shirley E. Greenberg sur les femmes et la profession juridique pour la Section de common law de la Faculté de droit. Depuis 2002 déjà, Shirley E. Greenberg versait chaque année une contribution afin d’appuyer l’étude de questions juridiques importantes pour les femmes. Depuis 2005, grâce à ce don très généreux, la Chaire Greenberg est à présent établie de façon permanente à la Faculté de droit.

En octobre 2020, Natasha Bakht a publié In Your Face: Law, Justice, and Niqab-Wearing Women in Canada. Cet ouvrage (en anglais seulement) présente les expériences d’un groupe de femmes au Canada qui sont peu nombreuses, mais qui ont suscité beaucoup d’attention légale, politique et sociale au cours des dernières années. Les femmes musulmanes qui se couvrent le visage avec un voile provoquent des réactions viscérales chez des personnes qui, malgré un contact avec des modes de vie divers grâce à des environnements urbains multiculturels, semblent présenter des notions fixes sur une vie heureuse pour les femmes. Ce livre analyse les interdictions du niqab au Canada et se base sur des entrevues avec des femmes qui portent le niqab, pour mieux révéler leurs identités et leurs motivations multiples pour s’habiller de cette façon.

Titulaire de Chaire

Natasha Bakht est professeure titulaire de droit à l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire Shirley E. Greenberg sur les femmes et la profession juridique (2020-2024). Les thèmes de recherche de la professeure Bahkt se centrent surtout sur le droit, la culture et les droits des minorités, plus spécifiquement dans les domaines communs de la liberté religieuse et de l’égalité des femmes. La professeure Bakht a agi à titre de rédactrice anglophone de la Revue Femmes et Droit de 2014 à 2020. Son activisme judiciaire comprend une participation à l’Association nationale Femmes et droit et au Fonds d’action et d’éducation juridique pour les femmes (FAEJ). Elle a été nommée parmi les 50 personnalités de l’année 2009 du Ottawa Life Magazine, a obtenu le prix Femmy de la Journée internationale des femmes d’Ottawa, en 2017, pour son rôle de chef de file éclairé dans la région de la capitale nationale et a reçu le Legal Excellence Award de la South Asian Bar Association, en 2019. 

Les recherches de la professeure Bakht sur le niqab analysent la panique généralisée non fondée sur les femmes musulmanes qui se cachent le visage et explorent les barrières systémiques contre l’inclusion, perpétuées par le système juridique et politique du Canada. La Cour suprême du Canada l’a citée dans l’affaire R. c. N.S., 2012 CSC 72, qui impliquait une plaignante d'agression sexuelle portant le niqab. Avec son amie et collègue Lynda Collins, elle a repoussé les limites légales de la famille, lorsque les deux sont devenues co-mères au sens légal de leur fils, Elaan, bien qu’elles ne soient pas conjointes. Elle est également danseuse et chorégraphe primée.  

Prof. Natasha Bakht

Shirley Greenberg
Donor

« J’aimerais voir davantage de femmes participer à la vie politique de notre pays; j’aimerais voir plus de femmes se présenter candidates aux campagnes électorales et devenir chefs de parti » »

Shirley Greenberg

« Les progrès accomplis [dans la lutte pour la défense des droits et de l’égalité des femmes] sont énormes si l’on compare à l’époque où j’étais une jeune femme. De nos jours, les femmes ont tellement plus de facilité à se diriger dans le domaine professionnel de leur choix, sans être entravées par les obstacles que nous devions alors surmonter. Certes, dans une certaine mesure, nous vivons encore dans un monde d’hommes; j’aimerais voir davantage de femmes participer à la vie politique de notre pays; j’aimerais voir plus de femmes se présenter candidates aux campagnes électorales et devenir chefs de parti, mais nous y venons peu à peu. »

Shirley Greenberg a été sur la ligne de front du mouvement canadien en faveur des femmes pendant presque toute sa vie adulte. Elle a contribué à mettre sur pied le Ottawa Women's Centre, lequel a donné naissance au Rape Crisis Centre, au Women's Career Counselling Centre et à la Interval House, un foyer d'accueil d'urgence pour les femmes victimes de violence. Par la suite, cette mère de trois enfants a entrepris des études en droit à l'Université d'Ottawa dans les années 1970.

Après l'obtention de sa licence en droit, madame Greenberg a fondé le premier cabinet juridique à Ottawa composé entièrement d’avocates. Plusieurs avocates qui sont aujourd'hui parmi les meilleures en Ontario ont commencé leur carrière dans l'étude de Shirley Greenberg.

Tout au long de sa carrière elle a cherché à éliminer la discrimination systémique contre les femmes dans les lois et les documents juridiques. Mme Greenberg est aujourd'hui à la retraite, mais elle demeure tout aussi engagée à travailler à l'amélioration du sort des femmes.

Elle a donné son nom au Centre de santé de la femme Shirley E. Greenberg, du campus Riverside de l'Hôpital d'Ottawa : un établissement qui se spécialise en gynécologie et en dépistage du cancer et qui s'intéresse au bien-être des femmes d'âge mûr.

mains qui plantent des plantes

Soutien financier

Les étudiant(e)s et les professeur(e)s qui ont besoin d'un soutien financier pour leurs projets qui font progresser l'égalité des femmes et la lutte contre l'oppression sont prié(e)s de contacter directement la Chaire à l'adresse
Contacter Natasha Bakht

Points saillants

En octobre 2020, Natasha Bakht a publié In Your Face: Law, Justice, and Niqab-Wearing Women in Canada. Cet ouvrage (en anglais seulement) présente les expériences d’un groupe de femmes au Canada qui sont peu nombreuses, mais qui ont suscité beaucoup d’attention légale, politique et sociale au cours des dernières années. Les femmes musulmanes qui se couvrent le visage avec un voile provoquent des réactions viscérales chez des personnes qui, malgré un contact avec des modes de vie divers grâce à des environnements urbains multiculturels, semblent présenter des notions fixes sur une vie heureuse pour les femmes. Ce livre analyse les interdictions du niqab au Canada et se base sur des entrevues avec des femmes qui portent le niqab, pour mieux révéler leurs identités et leurs motivations multiples pour s’habiller de cette façon.

À propos du livre
livre In your face de Natasha Bakht
personne a un podium parlant a une classe

Le Programme de chercheur(e)s invité(e)s

La Faculté de droit annonce également sa Bourse internationale pour chercheure invitée Shirley Greenberg qui alloue chaque année un financement limité à une professeure invitée provenant de l’étranger.
En savoir plus sur le programme et la bourse.

Événements de la Chaire Greenberg à venir

  • Natasha Bakht, In Your Face: Law, Justice and Niqab-Wearing Women in Canada (Toronto: Irwin Law, 2020). (en anglais seulement)
  • Mary Jane Mossman, Natasha Bakht, Vanessa Gruben, Karen Pearlson, eds, Families and the Law, 3rd ed (Concord: Captus Press Inc, 2019). (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht & Lynda Collins, “Are you my mother? Parentage in a Non-Conjugal Family” (2018) 31:1 Can J Fam L 105. (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht & Lynda Collins, “The Earth is Our Mother: Freedom of Religion and the Preservation of Aboriginal Sacred Sites in Canada” (2017) 62:3 McGill Law Journal 777. (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht, “In Your Face: Piercing the Veil of Ignorance About Niqab-Wearing Women” (2015) 24(3) Social and Legal Studies 419.  (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht & Jordan Palmer, “Modern Law, Modern Hammers: Canada’s Witchcraft Provision as an Image of Persecution” (2015) 35 Windsor Review of Legal and Social Issues 123. (en anglais seulement)
  • Jennie Abell, Elizabeth Sheehy, Natasha Bakht, eds, Criminal Law and Procedure: Proof, Defences and Beyond, 5th ed (Concord: Captus Press Inc., 2014). (en anglais seulement)
  • Jennie Abell, Elizabeth Sheehy, Natasha Bakht, eds, Criminal Law and Procedure: Cases, Context, Critique Proof, 5th ed (Concord: Captus Press Inc., 2012). (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht, “What’s in a Face?  Demeanour Evidence in the Sexual Assault Context” in Elizabeth Sheehy ed, Sexual Assault in Canada: Law, Legal Practice and Women’s Activism (Ottawa: University of Ottawa Press, 2012) 591-611. (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht, “Veiled Objections:  Facing Public Opposition to the Niqab” in Lori Beaman ed, Reasonable Accommodation: Managing Religious Diversity (Vancouver: UBC Press, 2012) 70-108. (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht, “Mere ‘Song and Dance’: Complicating the Multicultural Imperative in the Arts” in Home and Native Land: Unsettling Multiculturalism in Canada, eds, May Chazan et al (Toronto: Between the Lines Press, 2011) 175-183. (en anglais seulement)
  • Natasha Bakht, ed, Belonging and Banishment: Being Muslim in Canada (Toronto: TSAR Publications, 2009). (en anglais seulement)
Pile de sous avec un chapeau de graduation

Bourse Shirley Greenberg

La Chaire Shirley Greenberg vise à renforcer l'enseignement
Voir les détails et les critères d'éligibilité (PDF ; 157 Ko)